Syrie : Attaques de missiles Russes : 30 officiers israéliens, brits, turcs, saudis et qataris tués… Riposte Russe à la « bavure » US de Deir ez-Zor ?

Syrie: Attaques de missiles Russes: 30 officiers israéliens, brits, turcs, saudis etc, tués.

Trois missiles Calibre tirés par la flotte Russe sur un centre de commandement des terroristes dans la région d’Aleppo (Syrie) ont tué une trentaine d’offic iers: Israéliens, britanniques, turcs, qataris et saoudis. Ces officiers dirigeaient les opérations des terroristes dans la région. 

Rappel: De tous les pays présents en Syrie, seuls la Russie et l’Iran le sont légalement, à la demande du Président Assad.

aviankr1781_takr-admiral-flota-sovMise à jour (19:00 Moscou) Le porte-avions Russe « Admiral Kuznetsov » est envoyé renforcer la flotte Russe en Méditerranée au large de la Syrie.

Mise à jour (22-09 à 00:30 Moscou): Selon une information en attente de confirmation, la Russie a informé les USA que tout avion survolant la Syrie sans autorisation préalable sera abattu.

Source : RusRéinfo – Agence Russe de Ré-Information


Pour l’heure, cette information a été reprise par Réseau Internationnal  qui  fait mention de la source citée plus haut, elle est rapportée aussi par arabic Sputnik news, le fait qu’elle ne soit pas reprise par les médias main-stream serait-elle une volonté d’occulter l’affaire ? Car comment cette coalition qui prétend combattre le « terrorisme islamique » justifierait-elle la présence d’officiers israéliens, britanniques, turcs, qataris et saoudis dans le centre de commandement des terroristes à Alep ?  

Si elle se révélait authentique, cette attaque fait-elle suite aux frappes aériennes de la coalition internationale terroriste dirigée par les États-Unis sur les positions de l’armée syrienne le 17 septembre dernier près de l’aérodrome de Deir ez-Zor ?

Ces bombardements ayant couté la vie à 62 militaires syriens et plus d’une centaine ont été blessés selon les chiffres donnés par le ministère russe de la Défense. Selon des porte-paroles du Pentagone, les militaires étaient convaincus de bombarder des positions de Daech et ont cessé l’opération immédiatement après avoir découvert « l’erreur ». Lire 

Commentant les frappes à Deir ez-Zor, le ministère russe des Affaires étrangères avait auparavant déclaré que « les actions des pilotes étaient à la limite de la négligence criminelle et de la complicité directe avec le terrorisme », comprendre Daesh… Lire ici


Les raisons de la prétendue bavure US à Deir ez-Zor

carte-syrie-deir-ezzorVu toutes les preuves en notre possession, ce serait perdre notre temps que de prêter attention aux déclarations du ministre américain de la Défense, et du commandant en chef de l’Armée américaine, insulter notre intelligence en nous expliquant le pourquoi et le comment de leurs « tirs amis » sur Deir ez-zor.

Ce serait tout aussi inutile que de chercher à convaincre du lien évident entre Daech et le projet américain : Daech, le Front al-Nosra et les islamistes étant les troupes terrestres de l’armée des USA au Moyen-Orient depuis la guerre en Afghanistan ; les Forces aériennes US étant les troupes aériennes de Daech, du Front al-Nosra et des islamistes…

Car la question est : que signifient les frappes aériennes de la Coalition internationale menée par les USA au nord-est de la Syrie, opération manifestement préméditée pour permettre aux troupes de Daech d’avancer et ainsi de mélanger les cartes, tandis que dans le même temps l’Armée de l’air israélienne assurait une couverture aérienne au Front al-Nosra à Quneitra, au sud du pays ?

Et pourquoi cette « bavure aérienne » et ces tirs amis sur Deir ez-Zor et le Golan, après les échecs des tentatives US cherchant à convertir la trêve à Alep en un hiatus militaire et la route du Castello en un cordon secret reliant le chorion turc aux groupes armés du Front al-Nosra ?

Cette opération n’est pas un message ordinaire posté par les USA dans la boîte aux lettres du mont de Tharda, mais le premier aveu indubitable de leur impuissance face à l’Armée arabe syrienne et ses alliés du nord au sud du pays; leurs propres alliés au sol titubant à Alep, dans la Ghouta de Damas et à Idleb.

Tout indique que l’« Armée islamiste US » n’est plus en mesure de provoquer ses chocs sur le terrain et que Daech n’est plus cette force invincible capable d’avancer sur n’importe quel front, aussi faible soit-il, sans le secours de l’une ou l’autre des grandes puissances parmi les États de la Coalition menée par les USA.

Tout indique que la prétendue bavure US a été exécutée en réponse aux avancées de l’Armée arabe syrienne sur plusieurs fronts à Deir ez-Zor, lesquelles ont démontré la baisse des performances des attaques daechiennes, tout comme le siège des meutes du Front al-Nosra [devenues, par une entourloupe grotesque, Fatah al-Cham pour profiter de la trêve dont il est exclu selon l’accord américano-russe du 9 septembre ; NdT] à Alep, a démontré leur corrosion en dépit de leur mobilisation et de leur surarmement en préparation de la « mère des batailles » depuis plus de deux ans.

En effet, les batailles d’Alep ont révélé les capacités de manœuvres désormais limitées du Front al-Nosra, dont les vagues déferlantes successives ont accumulé des pertes l’ayant transformé en une masse molle telle qu’il n’est plus capable d’exécuter la moindre attaque dans le sud du pays sans l’assistance publique et explicite des Israéliens.

Ce qui signifie que nous sommes entrés dans une étape de ramollissement du noyau dur des forces islamistes terroristes, surgies depuis la guerre US sur l’Afghanistan, et que nous affrontons directement les forces qui se dissimulaient derrière et qui manipulaient, les mains couvertes de leurs gants de terroristes, les marionnettes islamistes sur la scène des prétendus révolutionnaires syriens.

En d’autres termes, Israël et les USA sont sortis des coulisses une fois que les Turcs ont trébuché pour se retrouver face à face avec la Russie, les USA tentant désespérément de couvrir le Front al-Nosra sous l’habit des derviches soufis, pendant que l’armée israélienne lui offrait son gilet de fer pour lui éviter de mourir.

En s’attaquant à Deir ez-Zor, les USA ont avoué ouvertement qu’ils avaient réalisé que la bataille d’Alep ne tournait plus en leur faveur et que toutes leurs tactiques, ou ruses humanitaires, n’exauceraient plus leur espoir de sauver les milices armées sur lesquelles ils ont misé. Et ceci, parce qu’ils les ont entendues jouer leur oraison funèbre et ont compris que leur effondrement à Alep bouleverserait leur projet au nord de la Syrie, s’il était suivi de leur chute probable à Idleb avant celle d’Obama. D’où leur décision de pénétrer l’est du pays sous le prétexte de « tirs amis », juste pour suggérer ce qu’ils sont encore capables de faire et qu’ils referont, peut-être.

Le projet US n’a pas changé. Seule la carte d’approche a été modifiée du fait des difficultés insolubles rencontrées. Si le régime syrien qui tient la « porte de la Méditerranée » ne tombe pas, autant le transformer en un régime inutile à la Russie, à la Chine, à l’Iran et à leur profondeur asiatique, en l’emprisonnant entre la mer Méditerranée et le fleuve Euphrate, ce qui fermerait l’immense corridor entre la porte occidentale et la « porte orientale », autrefois gardée par Saddam Hussein selon la rumeur.

C’est parce que le projet US consiste désormais à ce que l’une de ces deux portes soit hermétiquement fermée par un verrou US, ou que les deux soient séparées par une barrière hostile à l’une des portes, que les États-Unis cherchent clairement à installer n’importe quelle entité fragile entre la Syrie et l’Irak, de sorte que sa frontière naturelle soit l’Euphrate et qu’elle soit peuplée par n’importe quelle organisation ou bloc militaire hostile à l’État syrien dans la région est du pays. D’où, la promotion de l’idée d’une partition inévitable de la Syrie.

Une partition censée se concrétiser par un « arc de combats » allant de Idleb à Abou Kamal via Alep, Raqqa et Deir ez-Zor, lequel arc serait coupé par la ligne horizontale d’une entité kurde, également fragile, créée dans sa partie nord.

C’est ce qui explique que les États-Unis avaient déployé Daech le long du fleuve Euphrate, pendant un court laps de temps, avant de veiller au déploiement du Front al-Nosra sur une ligne allant vers Idleb, lequel a tenté d’atteindre la côte afin d’achever l’enclave géographique projetée, entre la mer et le fleuve.

Pour ceci, les prétendus révolutionnaires, dits « modérés » du Front al-Nosra et apparentés, étaient censés s’approprier Alep, Idleb et la côte, puis se ruer vers Raqqa, Deir ez-Zor et Abou Kamal sous prétexte de les libérer de Daech qui devait docilement reculer vers la région d’Al-Anbar en Irak, sans combat, exactement comme il avait docilement reculé à Jarablus afin de laisser place aux Turcs, pour lesquels entrer dans la place Taksim, à Istanbul, fût beaucoup plus difficile et plus coûteux que d’entrer dans Jarablus massivement occupée par les Daechiens et les terroristes suicidaires.

Mais ce énième projet, destiné à compenser l’échec de la mainmise US sur toute la Syrie, puis la moitié de la Syrie, a échoué à son tour, à cause de la résistance de Deir ez-Zor et de la ville de Hassaké où l’Armée arabe syrienne veillait.

De ce fait, il était donc très clair que l’Armée arabe syrienne n’abandonnerait pas Deir ez-Zor, devenue la Stalingrad de l’Euphrate, et que la libération prochaine d’Alep signifiait que l’arc de combats, dessiné par les planificateurs US et leurs complices, allait partir en miettes, les Forces syriennes étant susceptibles d’avancer à grande vitesse d’Alep libérée vers Raqqa et Deir ez-Zor ; un trajet tactique plus avantageux que celui allant de Raqqa libérée vers Alep.

Or, les USA ont tout tenté pour empêcher l’avancée de l’Armée arabe syrienne selon la ligne Alep libérée-Raqqa-Deir ez-Zor, notamment en poussant les Kurdes et lesdites Forces Démocratiques Syriennes [FDS] à s’étendre pour contrôler « l’arc de combats » de l’Euphrate jusque Raqqa.

Mais les Kurdes ont rechigné à descendre vers le sud avant d’avancer vers l’ouest, vu qu’ils se seraient confrontés à un environnement hostile à leur idéologie et à leur psychologie ; ce qui a fini par réveiller le monstre démographique kurde du sud-est de l’Anatolie craint par les Turcs, lesquels ont menacé de se retirer du projet.

Entretemps, n’ayant pas réussi à libérer le Front al-Nosra assiégé à Alep par l’Armée arabe syrienne, par la création d’une brèche sur la route de Ramoussé au sud de la ville, la route nord du Castello étant fermée à toute subvention venue de Turquie, les USA ont décidé de braver les Russes et les Syriens en éliminant la barrière de Deir ez-Zor par cette opération ignoble d’une prétendue bavure, aidés en cela par les Turcs qui se sont généreusement proposés pour « libérer » Raqqa aux côtés de la Coalition internationale, comme nous les avons tous entendus l’expliquer récemment.

Ils ont donc lancé leurs « tirs amis », suivis immédiatement par les assauts de Daech sur Deir ez-Zor, lequel Daech n’a même pas eu peur du regard inquisiteur de l’aviation US censée frapper tout ce qui bouge à l’ouest de ses bases irakiennes. N’y voyez surtout aucun paradoxe !

Selon ce plan, si Deir ez-Zor tombait, les Turcs se rueraient vers Raqqa et Deir ez-Zor, tandis que Daech se retirerait selon le même scénario qu’à Jarablus, sous prétexte de l’énorme pression militaire ; les Turcs ayant convenu avec les USA que la ligne de l’Euphrate serait une région internationale neutre du fait que c’est une zone de guerre contre Daech, lequel risque de la reprendre si la Coalition internationale se retirait. Il faudra donc que Daech reste assiégé en Irak, pour empêcher son expansion.

Et c’est ainsi que la Turquie briserait les reins des Kurdes en les coupant en deux moitiés assiégées au nord de la Syrie. C’est ainsi que les USA couperaient la Syrie en deux moitiés de part et d’autre de l’Euphrate, lequel deviendrait la frontière d’une entité quelconque née du fait accompli comme, peut-être, celle qui s’édifierait autour des sbires de Al-Joulani [fondateur du Front al-Nosra et actuel chef de Fatah al-Cham] après lavage de sa barbe ruisselante du sang des Syriens. C’est ainsi que l’immense corridor vers l’Asie serait coupé entre la porte de la Méditerranée et la porte orientale à la frontière de l’Irak.

C’est pour toutes ces raisons que ces « tirs amis » étaient dirigés contre la Russie et la Syrie à la fois, pour imposer le point de vue des USA concernant Alep, c’est-à-dire l’ouverture de la route de Ramoussé conformément à leurs conditions de passage des convois « humanitaires » librement et sans inspection. Ce qui serait revenu à vider l’exploit militaire de l’encerclement du Front al-Nosra de tout bénéfice et à contourner le contenu de l’accord américano-russe sur Alep, étant donné que cet accord leur a imposé de reconnaître cette organisation terroriste comme « l’ennemi commun » au même titre que Daech.

Mais malgré ce coup terriblement douloureux à Deir ez-Zor, en comprendre les raisons amène à découvrir que le projet US titube, tout autant que ses armées islamistes terroristes, et que les USA sont désormais convaincus que le peuple syrien et ses alliés pourraient bien être la raison qui démolirait leurs projets et leurs armées…

Par Naram Sargon : Écrivain syrien résidant en Syrie

In Al-Thawra : quotidien syrien. Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal. Réseau International.


Intéressons nous à l’attaque meurtrière du convoi humanitaire imputée par Washington à Moscou. Un false flag qui servira à cette propagande d’avant-guerre … Comme pour l’affaire d’ Omran, [Lire ], notez la présence sur les lieux de l’attaque des « rebelles modérés », les fameux « Casques blancs », futurs Prix Nobel de la Paix, eux qui inondent le Web d’intox, une ONG rappelons le financée par les États engagés dans la guerre contre l’État syrien. La face obscure des Casques blancs

Raid ou incendie ? Les causes de la destruction du convoi humanitaire inconnues.

Pour le ministère russe de la Défense, le présumé raid qui a visé un convoi humanitaire en provenance de l’ONU et du Croissant-rouge syrien dans la province septentrionale d’Alep, n’a rien d’une frappe aérienne.

Selon lui, c’est un incendie qui aurait ravagé les 18 des 31 camions du convoi, ainsi que l’entrepôt du Croissant-Rouge syrien dans Orum al-Koubra. L’origine de ce feu qui a fait 21 morts, dont le directeur de la branche locale du Croissant-Rouge syrien, Omar Barakat, et environ vingt civils, n’a toutefois pas été précisé.

Pas de cratères de l’explosion

Pour avancer de telles conclusions, indique le media russe RT, le ministre russe s’est basé sur l’étude des vidéos tournées par les militants de l’ONG Casques blancs.

Les militaires russes y ont constaté que tous les dommages causés aux véhicules du convoi ont été provoqués par «l’incendie de la cargaison» qui s’est déclaré au moment de l’offensive lancée à grande échelle par le Front al-Nosra et la Coalition Jaïsh al-Fateh, dans le sud-est d’Alep et contre des quartiers résidentiels à grand renfort de chars, missiles et mortiers.

Seuls les «représentants de l’organisation Casques blancs, proches du Front Al-Nosra, qui se sont comme d’habitude retrouvés par hasard sur place avec des caméras» sont en mesure de dire qui est à l’origine de cet incendie et quel en est le but, estime le ministère russe de la Défense. Non sans suspicion.

Toujours selon RT, le centre russe pour la réconciliation a utilisé des drones pour suivre le convoi parce que la route passait pas des lieux contrôlés par les rebelles, mais seulement jusqu’à un point déterminé. Au-delà de cet endroit, «la partie russe n’a pas surveillé le convoi et seuls les combattants qui contrôlent la région étaient au courant de ses mouvements», précise la Défense russe.

« Nous avons attentivement examiné les enregistrements livrés par des soi-disant « militants » depuis les lieux de l’incident et nous n’avons détecté aucun signe de frappe de quelconque munitions contre le convoi. Il n’y avait pas de cratères d’explosion, les véhicules ne présentaient pas de traces d’endommagement causé par une onde explosive. Tout ce que nous voyons dans cette vidéo est une conséquence directe d’un incendie qui a étrangement coïncidé avec le début de l’offensive des djihadistes sur Alep », a en outre fait savoir M. Konachenkov.

Dans la soirée de ce mardi, le ministère de la Défense russe a diffusé les images d’un drone qui démontrent que des miliciens takfiristes s’étaient joints du convoi humanitaire,  au volant d’un pick-up, transportant aussi un mortier.



Selon RT, à l’appui de son analyse, le ministère a mis en ligne les images tournées par un drone russe. On peut constater sur la vidéo la présence d’un véhicule tractant une arme lourde qui remonte la colonne des poids lourds, ces derniers étant identifiés en rouge.

La thèse du raid, sans aucune suspicion

Mais c’est la thèse du raid aérien qui a été relayée par les médias occidentaux, sans soulever aucune interrogation. Alors que les Américains et les médias de l’opposition syrienne ont sauté sur l’occasion pour accuser la Russie et Damas. 

Ce que cette dernière a totalement nié : « Il n’existe aucune vérité dans les informations de presse selon lesquelles l’armée syrienne a pris pour cible un convoi d’aide humanitaire dans la province d’Alep », affirme une source militaire citée par l’agence.

Les autorités syriennes étaient réticentes quant à la livraison de l’aide en provenance de la Turquie, de crainte qu’elle ne comporte des armements destinés aux miliciens,   et non celle de l’ONU et encore  moins du Croissant-rouge syrien, toujours accrédité par Damas.

Ni l’aviation russe, ni l’aviation syrienne n’ont mené le raid aérien ayant frappé le convoi humanitaire, a affirmé mardi le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense cité par les agences russes.  «Les Etats-Unis soulèveront cette question directement avec la Russie. Compte tenu de la violation flagrante du cessez-le-feu, nous réévaluerons les perspectives de la coopération avec la Russie», a indiqué John Kirby.

L’attaque, après avoir déchargé les camion

Selon le porte-parole de l’ONU, cité par l’AFP,  toutes les parties au conflit avaient été informées de ce convoi et toutes les autorisations et garanties nécessaires avaient été obtenues par l’ONU.

Des photos du convoi publiées avant le raid sur Twitter par le Croissant-Rouge syrien montrent que de grands drapeaux bleus de l’Unicef étaient fixés  sur certains des camions.

L’attaque a eu lieu vers 20h15 (17h15GMT), après que le personnel humanitaire et les bénévoles de la branche d’Alep du Croissant-Rouge arabe syrien ont déchargé l’aide des camions, selon la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

L’ONU a suspendu mardi tous ses convois humanitaires en Syrie en attendant une nouvelle évaluation de la situation sécuritaire. Contrairement aux Nations unies, la Croix-Rouge assure qu’elle ne va pas geler ses activités de distribution d’aide en Syrie. Source

Lire aussi : Un drone américain se trouvait dans la zone où un convoi de l’ONU a été attaqué (Moscou)

WW3 is coming…

12 réflexions au sujet de “Syrie : Attaques de missiles Russes : 30 officiers israéliens, brits, turcs, saudis et qataris tués… Riposte Russe à la « bavure » US de Deir ez-Zor ?”

  1. Salam,

    « Israéliens, britanniques, turcs, qataris et saoudis. Ces officiers dirigeaient les opérations des terroristes dans la région… »

    « Daech, le Front al-Nosra et les islamistes étant les troupes terrestres de l’armée des USA au Moyen-Orient depuis la guerre en Afghanistan ; les Forces aériennes US étant les troupes aériennes de Daech, du Front al-Nosra et des islamistes… »

    Voilà ce qu’on se tue à dire depuis des années maintenant…et la vérité finie toujours par apparaître, en attendant pas un mot dans les médias sionistes.

    Merci Sherazad et Jalil .

    J'aime

  2. Y’a un truc qui me taraude :), qu’est ce que les turcs font encore là ? Erdogan ne s’était pas rapproché de Poutine ?

    Dans cette affaire le cas turc représente bien le foutage de gueule intergalactique auquel se livrent les rapaces des 2 camps, aussi il ne faut pas oublier que l’on parle de WW3 il faut donc s’attendre en toute logique à une invasion russe en France…et avec nos bataillons de soldats en jean skinny slim on est mal barrés…C’est ce que les poutinolâtres n’ont pas compris..

    J'aime

    1. Salam Tony 😉 et bonsoir à tous 🙂

      « il ne faut pas oublier que l’on parle de WW3 il faut donc s’attendre en toute logique à une invasion russe en France…et avec nos bataillons de soldats en jean skinny slim on est mal barrés »
      Lol, tout à fait ….. Si la Russie décide d’envahir l’Europe, l’UE n’aurait aucune chance de contrer cette offensive. Dans le cas d’une éventuelle invasion, il ne faudrait que 48 heures aux Russes pour déployer leurs avions de guerre, navires et  troupes sur notre continent. C’est ce qu’affirme Richard Barrons, ancien général en chef de l’OTAN, au Times.
      La suite ici :
      http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2880730/2016/09/21/La-Russie-peut-envahir-l-Europe-dans-les-48-heures.dhtml

      J'aime

  3. salam alikom, salam mon frère tony, la Turquie malheureusement est tjs en bon termes avec Israël sous prétextes selon les autorités turcs que cette « amitié » aiderait a résoudre le conflit avec la Palestine, en même temps les russes eux aussi s’entendent plutôt bien avec israel, finalement tous le monde roule pour cette entité sioniste d’une manière ou une autre.
    kadhafi a été lâché par les russes après plusieurs veto de leur part, a partir du moment qu’ils ont obtenus des garantie a leurs intérêt, il l’ont lâché, même assad risque la même chose.
    la Turquie? le hadith est clair elle sera reconquise, donc elle ne l’est pas entièrement du moins,
    peut être que ce tirs de missiles russes sont le départ d’une autre forme du conflit selon l’escathologie de l’islam, il parait que poutine pourrait envahir l’europe en 48h voir le lien http://www.thetimes.co.uk/article/dh-nato-0nxssn0rr
    pourquoi une telle déclaration???

    est ce que les choses vont s’accélérer, l’Allemagne, la Tchéquie la suisse et la Norvège et l’ordre donner a la population sur les stock de ravitaillement …Allah aalem.

    J'aime

    1. Salam Jalil
      Merci pour ton excellente communication, zut alors je viens de poster la même info que toi, pas grave, vaut mieux deux fois qu’une 😉
      Bien à toi

      J'aime

  4. Lu sur Al Manar

    Extrait :
    « Une cellule d’opération détruite

    Jeudi, une source syrienne a révélé pour notre site al-Manar que trois missiles russes de type Kaliber, tirés à partir des navires russes ont visé le lieu de réunion et la cellule d’opération des terroristes à Der Aazza, à l’ouest d’Alep, dans une région connue sous l’appellation Jabal Semaane. « 30 officiers des armées turque, américaine, saoudienne, qatarie, britannique et du Mossad, lesquels dirigent les combats aussi bien à Alep qu’à Idleb y auraient péri », a-t-il assuré. »
    Article complet :
    http://french.almanar.com.lb/larmee-syrienne-lance-loffensive-de-la-liberation-des-quartiers-rebelles-dalep/
    Oui , à quoi jouent les turcs ?

    J'aime

    1. Si Ankara franchit la ligne rouge en Syrie, c’est la «guerre mondiale»

      L’évolution de l’opération terrestre turque en Syrie augmente le risque d’une troisième guerre mondiale, d’après un expert syrien d’origine turque.

      « La Russie insiste toujours sur le fait que l’armée gouvernementale syrienne doit contrôler la ligne reliant Alep et Idlib au nord de Lattaquié. C’est la ligne rouge pour la Russie. Si les troupes turques franchissent cette ligne, cela risque de changer radicalement la situation dans la région (…) et de provoquer des hostilités entre les forces étrangères en Syrie, ce qui signifie une nouvelle guerre mondiale », a indiqué M. Yuva.

      L’analyste a rappelé que Moscou ne s’était pas opposé au lancement de l’opération turque « Bouclier de l’Euphrate » en Syrie, mais qu’il était préoccupé par le refus d’Ankara de dialoguer avec les autorités syriennes. L’opération « Bouclier de l’Euphrate » se déroule avec la participation de l’Armée syrienne libre (ASL).

      « Tout le monde sait ce que représente l’ASL et qui en fait partie. Il y a également eu des informations selon lesquelles le groupe Ahrar al-Sham envisage aussi de rejoindre l’opération. On se demande si la Turquie compte lancer une offensive près d’Alep », a poursuivi l’expert.

      Le président turc Recep Tayyip Erdogan a récemment annoncé, lors de la 71e session de l’Assemblée générale de l’Onu à New York, que la Turquie poursuivrait son opération en Syrie.

      https://fr.sputniknews.com/international/201609221027880970-turquie-syrie-russie-guerre-mondiale/

      J'aime

  5. Sur le Réseau Voltaire

    « Le convoi humanitaire de l’Onu a été bourré d’armes et de munitions.. D’après les révélations du chef de l’antiterrorisme turc, Ahmet Sait Yayla, qui vient de faire défection : le Pentagone et la Turquie utilisent les convois humanitaires pour armer les jihadistes. »

    Simulacre de paix par Thierry Meyssan
    http://www.voltairenet.org/article193324.html

    J'aime

  6. Concernant la « bavure » des USA sur Deir ez Zor, à mon avis il se pourrait que des soldats russes soient parmi les victimes avec les soldats syriens de cette attaque, ce qui expliquerait la riposte russe avec le tir de missiles sur le centre de commandement des terroristes de l’OTAN près d’Alep ou les bombardements font rage….
    D’après PressTV, 3000 soldats russes auraient été déployés en Syrie …
    http://217.218.67.231/DetailFr/2016/09/21/485730/3000-soldats-russes%E2%80%93Alep-

    J'aime

Lire la charte avant de saisir votre commentaire, veuillez respecter le sujet de l'article, aucun HS ne sera toléré, les commentaires hors sujet seront systématiquement effacés.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s