Les prémices de la Parousie

Bismillah  Ar-Rahman Ar-Rahim

De nos jours il est étonnant de découvrir à quel point notre ère s’apparente à celle qui précéda l’apparition de Īša(as) parmi les Banī Israīl.
Dès lors que l’on étudie les circonstances diachroniques des deux époques, des concomitances apparaissent.
En effet après avoir subit l’héllénisation forcé sous je joug de l’empire séleucide, les enfants d’Israël ont vécus sous la suprématie romaine.

Les Romains avaient créé plusieurs  circonscriptions administratives  regroupant des provinces  sous la responsabilité d’un représentant civil de l’empereur.
Dans ces provinces, les communautés juives étaient dispersés dans tout l’empire et subissaient du mépris et des préjugés concernant leur mode de vie (interdit alimentaire et circoncision).

La similarité à mettre en évidence est que les terres d’Islam ont été dans un premier temps asservies par la colonisation européenne, et ensuite soumis à l’hégémonie américaine.

Avec des bases militaires disséminés sur une grande partie du monde, leur capacité à imposer un seul modèle politique (valeur universaliste) en intégrant beaucoup d’états sous l’égide du même structure (ONU), l’occident gouverne selon les mêmes arcanes de domination que l’empire romain.

Jadis face à l’intronisation mutilple des symboles du paganisme de nombreuses révoltes violentes furent menées par les juifs et toutes se solda par des échecs ne permettant pas de mettre fin à l’assujettissement étranger.
Et à partir de ce moment là, la communauté israélite se fragmenta.

Avant la naissance d’īša ibn Maryam (as) le judaïsme antique était scindé en divers courants religieux.

 

  1. Les Pharisiens 
  2. Les Sadducéens 
  3. Les Esséniens 
  4. Les Zélotes 
  5. Les Sicaires 

 

Au delà des clivages théologiques et idéologiques chacun de ces mouvements adoptaient une position différente envers l’impérialisme romain.

Beaucoup de controverses tournaient autour du rapport à entretenir avec les paiens du style:

La pensée hellénistique est elle conciliable avec le message des prophètes?

Peut on assimiler les pratiques culturelles romaines?

Actuellement les mêmes problématiques pèsent sur le monde musulman à savoir comment coéxister avec la société moderne occidentale qui est pleinement héritière de la civilisation gréco romaine.

 

Voiçi un inventaire sur les éléments composites qui dépeints le judaïsme antique à travers une liste non exhaustive.

 

1) les Pharisiens (Accomodement)

Le pharisianisme était un mouvement populaire inspiré des coutumes juives organisées lors de l’exil à Babylone et structuré en terre de Judée par les Assidéens à la  période de retour (en 538 – 515 v JC)

Le pharisianisme est notamment le seul courant du judaïsme à avoir survécu car les traditions pharisaïque sont la source de ce que l’on appelle le judaïsme rabbinique.

Leur rapport à l’impérialisme romain était particulier car il avait cette volonté de vivre à part socialement de la culture dominante, tout en maintenant des relations politiques pacifiques avec les Romains.

En effet pour conserver la stricte pratique de la loi religieuse, les Pharisiens étaient disposés à s’accommoder de la domination romaine sur le plan politique, mais en refusant toute influence culturelle venant d’eux.

Leur mouvement se detournait des questions politiques et reconnaissait les relais locaux de l’empire romain (gouverneur et roi inféodé comme Hérode).

Cette attitude leur permettait de conserver leur mode de vie sans entrer en conflit avec l’empire, car ils désiraient par dessus tout conserver leur tranquillité et leur prospérité.

Ils avaient peu de considération et beaucoup de mépris envers tous les autres courants juifs comme ceux ouverts à l’héllénisation (les Sadducéens) ou ceux qui recommandent la rébellion (les Zélotes).

Ils se refugiaient dans l’étude de la loi et le ritualisme, les Pharisiens ne se contentent pas d’« interpréter les lois avec exactitude » (Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 8.14), mais l’interprétation que leurs ancêtres ont donnée de l’Ancien Testament devient elle-même loi pour eux. 

Cette « tradition des anciens » (Marc 7.5), transmise dans les premiers temps par la voie orale et aboutissant finalement à la vaste littérature talmudique, a la prétention de n’être qu’une explication de l’Ancien Testament ; en réalité, elle introduit par ses innombrables distinguo une casuistique nouvelle. 

« Les pharisiens, dit Josèphe, ont imposé au peuple beaucoup de lois provenant de la tradition des pères et qui ne sont pas écrites dans la loi de Moïse » (Antiquités judaïques, XIII, 10.6).

Voilà pourquoi ils étaient les ennemis les plus acharnés de īša (as) car ce dernier remettait justement en cause leur autorité religieuse et leur honnêteté.

En apparence il y avait beaucoup de choses saines dans leur crédo, mais leur moralité était laxiste et leur conception religieuse était une « forme » sans aucun fond et rien de plus. 

Dès lors première mention dans le nouveau testament ils sont classés avec les Sadducéens de race de vipère par le prophète Yahya (as).

Mathieu 3 verset 7

Mais voyant plusieurs des Pharisiens et des Sadducéens venir à son baptême, il leur dit: race de vipères, qui vous a avertis de fuir la colère à venir?

Actuellement le salafisme est un courant qui correspond en tous points au pharisaïsme.

En effet dans son positionnement vis-à-vis de l’impérialisme occidental, cette doctrine se distingue par une coupure totale au niveau culturel et social, mais aussi par une alliance au niveau politique comme le prouve le cas singulier de l’Arabie » Yahoudite », alliée fidèle des USA mais qui prétend néanmoins appliquer fidèlement le droit islamique.

Le salafisme (les juifs de la Qibla) est apolitique ne s’intéresse qu’aux questions individuelles de l’Islam et délaisse la dimension collective pour ne pas entrer en conflit avec l’occident et les pouvoirs politiques qui lui sont inféodés.

Cette attitude ambivalente permet comme aux Pharisiens de l’époque d’īša (as), de sauver les symboles extérieurs et visibles de la religion, mais sans affronter les forces adverses.

Īša (as) leur reprochait de se reclamer des anciens sans être réellement fidèles à leurs enseignements , comme actuellement le Salafisme qui tire son nom de la référence aux « anciens » (salaf).

Évangile de Barnabé chapitre  32 

Je vous le dis en vérité, tout mal est entré dans le monde sous le couvert des anciens. Dites-moi, l’idolatrie, qui la fit entrer dans le monde sinon l’usage des anciens?

Par ailleurs, le pharisaïsme se traduisait par une forte autorité des rabbins et de la hiérarchie religieuse sur le peuple.

Ce suivisme aveugle d’une classe de clercs est assimilé, par īša (as), à une forme d’idolatrie.

Évangile de Barnabé chapitre 32

 » je sais bien qu’aujourd’hui, en Israël, il n’y a pas de statues de bois, mais il y a des statues de chair ». Tous les scribes, en colère, répliquirèrent:  » Sommes-nous des idolâtres? »

Le coran également assimile cette démarche à un culte idolatre:

Sourate 9 verset 31 :

« Ils ont élevé au rang de divinités en dehors de Dieu leurs rabbins et leurs moines(…) « 

Hillel et Shammaï deux rabbins de référence au sein du pharisaïsme dans la seconde moitié du premier siècle av. J.c et au début du premier siècle ap. J.c. avaient leur différences d’interprétation de la halakha.

L’ école d’Hillel > les Hillélites

Hillel l’Ancien (70 av JC, mort en 10) né en Babylonie, eut pour maîtres, à Jérusalem, Shemayah et Avtalion. Président du sanhédrin, est fondateur de l’école Bet Hillel. Il fut un réformateur en comparaison à l’école de Shammaï. Dirigeant du mouvement pharisien, il prôna un enseignement plus tolérant que par le passé

L’école de Shammaï > les Shammaïtes 

Chammaï était un sage né en 50 av JC, mort vers 30 qui fonda l’école Bet Chammaï, souvent concurrente et opposée à celle d’Hillel l’Ancien. Il était partisan de limiter le plus possible les contacts des juifs avec les non-juifs. Une mesure destinée à préserver le judaïsme de la disparition en raison notamment du joug imposé à la Judée par les Romains. Sa rigueur influença sans doute la doctrine de la révolte contre Rome.

Deux approches distinctes de l’étude de la loi orale.

http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=18.

http://www.jewishencyclopedia.com/articles/3190-bet-hillel-and-bet-shammai

En comparaison avec le monde moderne j’assimilerai les Shammaïtes à cause de leur positionnement ambigu et leur complexité doctrinale au quiétiste virulent des adeptes du salafisme Madkhalisme.

https://www.google.com/amp/s/www.liberation.fr/amphtml/planete/2018/04/03/en-plein-chaos-libyen-les-salafistes-gagnent-du-terrain_1640801

https://www.google.com/amp/s/amp.lepoint.fr/2309371

Gamaliel et son élève Chaoul qui deviendra par la suite le célèbre crypto juif Paul de Tarse étaient des Hillélistes. 

Actes 22 verset 3

(…)C’est Gamaliel qui fut mon maitre; il m’a enseigné avec une grande exactitude la loi de nos ancêtres, et j’étais un partisan farouche de la cause de Dieu(…)

http://www.regard.eu.org/Livres.6/Palestine.au.temps.de.JC/29.html

Actes 23 verset 6

Paul, sachant qu’une partie de l’assemblée était composée de sadducéens et l’autre de pharisiens, s’écria dans le sanhédrin: Hommes frères, je suis pharisien, fils de pharisiens; c’est à cause de l’espérance et de la résurrection des morts que je suis mis en jugement.

De nos jours le salafisme impose une véritable vénération des « savants » et dignitaires religieux affiliés à cette doctrine. Comme les Pharisiens en leur temps, la caste des oulémas constitue une barrière figé difficile à dépoussiérer et a fini par scléroser la oumma.

Ces Pharisiens avaient une vision réductrice et littérale de la religion puisqu’ils se limitaient à l’étude de la loi et avaient un culte de l’apparence en cultivant l’appartenance religieuse.

Mathieu 23 verset 5

{Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements}.

Ceçi fait echo au salafisme qui donne en effet priorité à tous les aspects visibles et extérieurs de la religion. Ils mettent en avant l’apparence de religiosité mais sont dénués de tout savoir religieux et de toute compréhension.

Entre les Pharisiens et le salafisme les point communs sont nombreux mais se résument au ritualisme.

https://www.mahdyibnsalah.fr/salafisme/letrange-ressemblance-entre-les-pharisiens-et-les-pseudo-salafis.html

Ce ritualisme est une forme de repli vis-à-vis de la pression étrangère representée autrefois par l’empire romain et de nos jours par l’occident.

 

2) les Sadducéens (collaboration )

Pour assurer la stabilité de leur empire les  Romains confiaient les sources du pouvoir à la tendance dont le roi Hérode faisait partie.

Les Sadducéens, un groupe religieux composé de gens riches qui collaboraient avec les Romains afin de conserver leur pouvoir, contrôlaient le temple au désespoir du courant majoritaire, les Pharisiens (avec qui ils étaient en désaccord permanents sur les rituels, les cérémonies, et les questions juridiques).

Ils ne croyaient pas en l’immortalité de l’âme ni à la résurrection des morts et préféraient la philosophie gréco-romaine. Mais en niant une autre vie ils voulaient une justice rigoureuse dans celle-ci, alors ils joignaient la sévérité stoïcienne aux dogmes épicurien.

Ces juifs complètement hellénisés et assimilés ont accueilli la présence romaine avec joie et en ont tiré profit.

Les Romains ont recruté chez eux leurs fonctionnaires et leurs collaborateurs. Très investis dans la vie politique ils étaient chargés de superviser de nombreuses affaires de l’État. Leur membres intervenaient même dans les affaires de médiation.

Les Sadducéens étaient prêts à coopérer avec les Romains pour conserver leur pouvoir.

Pour cela, ils se sont opposés aux factions juives qui résistaient à la domination romaine, les considérant comme des « rebelles » et des « extrémistes ».

La main mise qu’ils avaient a complètement corrompu  le sacerdoce en raison des ingérences d’Hérode (persécution, assassinat des rabbins qui contestaient son autorité) et à la propagation à grande échelle des influences héllénistiques parmi les gens de la haute société juives ( les Boéthosiens en l’occurrence ).

A notre époque l’occident étend sa domination dans les pays musulmans grâce à la complicité des courants réformistes et modernistes de l’Islam qui penchent pour le discours et les valeurs universalistes occidentales.

Tous les gouvernements actuels où l’OTAN a mis son grain sel dans les pays arabes fonctionnent selon les mêmes mécanismes du royaume d’Hérode.

 

3) les Esséniens (Isolement)

Cette branche suivait son propre itinèraire spirituel en prônant l’éloignement géographique dans des milieux désertiques et montagneux en évitant les villes où la présence romaine était la plus visible.

Leur grande préoccupation : se garder de tout ce qui est impur, souillé. Le moyen : se séparer du monde, vivre sous une discipline commune.  Ils n’en sortaient que pour se livrer aux travaux agricoles ou vaquer à quelque office de charité. Ils exerçaient les métiers d’exorcistes et de médecins ; ils connaissaient quelques plantes médicinales, et possédaient des livres de médecine. 

Leur objectif était l’élévation spirituel pour cela Ils observaient un régime alimentaire très strict, Ils s’abstenaient de vin, de viande.

Ils professaient la communauté des biens et étaient liés par des règles de pauvreté, de chasteté et d’obéissance à leurs maîtres de justice. 

Cette vie reclus et ascétique engendra naturellement des doctrines ésotériques ainsi que des hymnes (les hodayot) et des danses mystiques.

L’essénisme n’exerça point d’influence profonde sur les masses, dont il vivait trop retiré. Ses adeptes (d’après Philon et Josèphe) disparurent en 70, dans la ruine de l’État juif.

Certains courants néo-soufis prônent l’ostracisme en s’éloignant des villes et des zones polluées par la civilisation occidentale dans le but est de fonder une confrérie de gens éveillés.

 

4) les Zélotes (hostilité)

Le mouvement Zélote est né dans des cercles de prêtres, des plus radicaux qu’on appelait les Shammaïtes (Pharisien de l’école Shammaï):

Des férus d’ecritures, des docteurs de la loi qui ont interprété à la lettre une tradition du  » zèle » présente depuis des siècles dans la bible.

Galates chapitre 1 verset 14

Dans la pratique du judaïsme, j’allais plus loin que la plupart des juifs de ma génération, et j’étais bien plus zélé qu’eux pour les traditions que j’avais reçues de mes ancêtres.

Ce zèle selon eux consistait à renforcé l’alliance avec DIEU.

Mais l’interprétation qu’ils en firent passait par la violence, contre les romains.

Et aussi contre leur compatriote acceptant l’occupation.

Leur interprétation extrémiste des Écritures ne faisait pas l’unanimité, mais de par leur statut, ils disposaient d’une certaine autorité et certains paysans chassés de leurs terre par les légions romaines leur faisaient confiance et les suivaient aveuglément. De nombreuses bandes de Zélotes ont commencé à attiser les rébellions locales en étant composés de plusieurs groupes de résistant qui luttaient dans différentes régions contre la domination étrangère.

Etant lié aux Shammaïtes, les Zélotes  partagent la même doctrine mais divergent sur la façon de se libérer de l’autorité romaine en se distinguant par une volonté d’interventionnisme contre l’occupant.

De plus ils sont animés par une conviction fondamentale à savoir que le « Zèle » pour la torah et pour l’alliance avec DIEU est le moyen par excellence d’accélérer la fin des temps et l’arrivée imminente du Messie.

 

5) les Sicaires (lutte armée)

Des révolutionnaires juifs formés pour repousser Rome.

Les Sicaires étaient une organisation clandestine de terroristes juifs qui avait dans leur rang des assassins qui  frappaient sans préavis des sentinelles, des soldats, ou des sympathisants romains.

Ils se réclament d’un penseur, Judas ben Hizkiya , qui sur des fondements religieux, legitima le combat contre l’empire romain.
Ce qui impliquait la révolte contre l’occupant mais aussi la lutte contre ceux qui acceptaient de se soumettre à l’occupant.

Les adeptes de ce courant se recrutèrent dans des cercles intellectuels, mais aussi et surtout chez des désespérés, qui n’ayant plus de repère, n’avaient plus rien à perdre.

Leurs attaques s’effectuaient par des apparitions soudaine en pleine foule.

Ils étaient condamnés par les Pharisiens, car leur lecture des écritures était très discutable et leurs pratiques encore plus.

Eux pensaient le contraire et pensaient être les seuls à interpréter véritablement les écritures.

Même si ce groupe, comme toute faction extrémiste, faisait peur et restait marginal, il trouva le soutien d’une partie de la population dans le terreau du désespoir et des rancunes accumulés face à l’occupation romaine, ainsi ce contingent très motivés était capable de déstabiliser  toute une armée pouvant coûter de lourde perte à l’empire.

Selon la littérature talmudique les Sicaires ont empoisonné les réserves de nourriture de Jérusalem, obligeant ainsi les habitants à se battre contre les Romains pour s’approvisionner ce qui lui permit un succès, momentanée du moins avant de disparaître définitivement avant la fin du 1er siècle.

Beaucoup d’historiens disent qu’ils étaient  une faction dissidente des Zélotes mais selon d’autres et de mon point de vue également ils étaient bien un groupe distincts.

 

● Point commun et point qui différencie les Zélotes et les sicaires.

Ces deux entités aux tendances plutôt politique que religieuse, déclarent que la soumission à l’autorité étrangère, en particulier les romains et leurs alliés n’est pas compatible avec les croyances judaïque.

Ces deux mouvements légitiment la révolte contre l’empire romain sur des fondements religieux.

Leurs parcours à l’origine sont bien distints. Ceux qui adhèrent au mouvement Sicaire semble être des gens issus parmi les couches les plus misérables de la société juive.

Les passages des Écritures retenus sont différents. (Les racines idéologiques des Zélotes trouvent leurs origines dans Nombres 25 (1à13). Mais quelque soit leur mode d’approche, ils aboutissent au même résultat : la nécessité de se soulever contre Rome, ce qui passe dans un premier temps par l’élimination de tous leurs compatriotes qui se satisfont de la domination romaine.

Les Zélotes théologiquement et idéologiquement plus ancrées dans le judaïsme que les sicaires renvoi à une forme plus large du jihadisme sunnite classique qui vise l’occupant et les élites collaboratrices.

Les sicaires avec leur tendance messianique,  leur incompatibilité radicale et leur opposition totale envers les autres courants se focalisent plus sur leur coréligionnaires que sur l’occupant pour mener leur action extrême. On peut les comparer à un mouvement terroriste actuel (Daesh).

Malgré que les Zélotes et les Sicaires se soient alliés et aient coordonnés leurs actions pour déclencher la guerre contre l’empire  romain, leur entente ne dura que quelques semaines, alors que la révolte dura des années.

Le processus est le meme (dans leur mode de fonctionnement et dans leur conception idéologique et religieuse) entre al Qaida et Daesh qui au final n’ont pas tant de choses en commun.

Toutes ces ressemblances dogmatiques à deux milles ans d’intervalles offrent une perspective inédite sur le retour d’Īša (as). Effectivement on peut émettre l’éventualité que l’une des raisons de son retour sont les innombrables similitudes entre les deux époques et les défis semblables à relever. Le Messie tant attendu est déjà venu ajuster toutes les tendances politico religieuse tout en appelant son peuple à revenir à l’essentiel de la religion.

Comme nous venons de le voir une vraie scission dans le judaïsme antique s’etait opérée.

Des divisions apparaissent entre les partisans d’une stricte observance des traditions et rites israélites et ceux qui cherchent à s’accommoder de la romanité autant dire la présence des païens, difficilement compatible avec le monothéisme.

Déchirement culturel, déchirement religieux, le judaïsme antique est traversé par une multitude de courants plus ou moins traditionnalistes et rigoristes.

Les plus fondamentalistes tolèrent de moins en moins la présence romaine.  Le conflit se fait de plus en plus ouvert et se traduit par une atmosphère délétère: des faux messies plus ou moins farfelus se multiplient, des écrits de plus en plus radicaux circulent, annonçant la fin des temps et appelant à rejeter le joug de Rome.

Dans cette société en pleine ébullition cohabitait une tribu qui pratiquait un culte singulier mais des plus authentiques car fidèle aux enseignements prophétique.

En prenant en compte la pratique orthodoxe de īša (as), certains historiens en ont conclu qu’il était un rabbin pharisien dissident. 

Il ne pouvait en aucun cas faire parti des Sadducéens car ces intellectuels libéraux et progressistes de l’aristocratie juive ne croyaient pas au surnaturel, tels que les miracles. 

D’autres ont emis l’hypothèse qu’ils étaient ésseniens (dans l’euphorie de la découverte des manuscrits de la mer morte) mais après analyse même çi il est acquis que de nombreux Esséniens rejoignirent son mouvement, il existe en réalité d’énormes différences entre la voie de īša (as) et celle des Esséniens.

En effet un prophète ne dissimule pas ses enseignements sous couvert d’initiation et de gnose. 

Iša (as) divulguait ses préceptes à la foule, il pratiquait l’ascétisme mais se mélait à la société pour prêcher la population contrairement aux Esséniens qui méprisaient les masses juives qui cohabitaient avec l’occupant romain.

Même çi certains Zélotes et Sicaires ont fini par faire parti de son entourage cela ne permet en aucun cas de définir sa doctrine qui n’avait en réalité aucun équivalent parmi les juifs.

Après avoir fait un état des lieux de la situation doctrinale à l’époque īša ibn Maryam (as) examinons maintenant le milieu et la tendance religieuse auxquels il appartenait.

 

● Les Nazaréens [la voie d’Īša (as)]

De nombreux passages du coran décrivent le milieu familial de īša (as).

Les sourates 3 et 19 sont consacrés à l’entourage de īša (as) .

La sourate 3 verset 33 apporte un éclairage sur ses origines.

Dieu a élu Adam, Noé,la famille d’Abraham et la famille d’Imran et les a élevés au-dessus de tous les hommes.

Les descendants d’Imran sont donc içi  considérés comme un groupe d’individus élus spirituellement supérieurs à leurs contemporains.

La sourate 19 verset 11 

Zacharie quitta alors le sanctuaire et, se dirigeant vers les siens, il les invita à prier matin et soir.

révèle que Zakarya (as) et ses fidèles constituaient une communauté religieuse bien distincte au sein du judaïsme.

La famille d’Imran représente la lignée doctrinale d’Abraham au coeur de la nation israélite.

Sourate 3 verset 34

en faisant de ces familles une seule et même lignée, (…)

Zakarya (as) était un véritable chef de cette communauté minoritaire qui plus tard fût dirigé par Yahya (as) .

Sourate 3 verset 39

Et les anges l’interpellèrent pendant que, debout, il priait dans le sanctuaire:  « Dieu t’annonce la naissance de Jean qui confirmera un Verbe émanant du Seigneur ; qui sera un vrai chef, un homme chaste et un prophète parmi les justes. »

Sourate 19 verset 12

 » Ô Yahya! Applique-toi à l’etude du Livre avec ferveur ! » Et Nous lui donnâmes dès son enfance la sagesse,

Les anciennes écritures Nombres chapitre 6 explique les règles Nazaréennes

Au verset 13 de ce même chapitre il est dit: 

 » Voiçi la voie du naziréen(…) »

https://emcitv.com/bible/nombres-6-LSG.html

Et ce chapitre à partir du verset 22  se conclut en indiquant que la tâche d’organiser ce culte revient à Hârûn (as) est ses descendants.

22. L’Eternel parla à Moïse, et dit: 23. Parle à Aaron et à ses fils, et dis: Vous benirez ainsi les enfants d’Israël, vous leur direz: 24. Que l’Eternel te bénisse, et qu’il te garde ! 25. Que l’Eternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce ! 26. Que l’Eternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix ! 27. C’est ainsi qu’ils mettront mon nom sur les enfants d’Israël, et je les bénirai.

Voilà pourquoi Myriam (as) en bonne « nazira » est qualifié de soeur d’Hârûn (as).

Sourate 19 verset 28

Ô soeur d’Aaron ! Ton père n’a jamais été un homme dépravé ni ta mère une femme prostituée.

Car Hârûn (as) avait été désigné ministre de ce culte dans ce commandement révélé à Moussa (as).

Le contexte historique évoqué dans les chapitres précédents et les éléments apportés dans ces paragraphes offre une nouvelle perspective de compréhension au récit de la famille d’Imran dans le coran.

Avec l’avènement de īša ibn Maryam (as) les Nazaréens prendront une toute nouvelle dimension.

En tant que Messie il devient le représentant naturel de ce mouvement.

Les Nazaréens se rassemblent autour de lui ainsi que les juifs issus des autres courants qui adhèrent à son message. 

Dès lors, le concept de Nazaréens se transforme car ce mouvement religieux ne définit plus exclusivement les membres de la petite communauté fédérée par la Tribu d’Imran mais tous les juifs qui croient en îša (as) et qui s’attachent à son enseignement quel que soit le courant dont ils sont issus.

L’avènement de īša (as) marque donc un tournant dans la nation israélite car en tant que prêcheur, il appelle l’ensemble des israélites à rénover leur foi et rejoindre son mouvement.

Sourate 5 verset 46

Nous envoyâmes, à leur suite, Jesus, fils de Marie, qui vint confirmer le contenu de la Thora precédemment révélée. Nous le dotâmes de l’Évangile qui est à la fois un guide et une lumière corroborant la Thora et servant en même temps de direction et d’exhortation pour ceux qui craignent le Seigneur.

Īša (as ) n’est pas venu fondé une religion nouvelle mais se présente comme un réformateur auprès des juifs.

Mathieu 5 verset 17

{Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir}.

Reconnu parmi les juifs comme le chef logique du courant Nazaréen, īša (as) se présente comme un régénérateur , le renouveau de l’authentique retour à la Thora.

Sourate 3 verset 50

Et je confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui vous était interdit. Et j’ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Allah donc, et obéissez-moi.

Avec un discours original et plus que atypique il parvient à extraire et réformer les éléments sains, tout en faisant apparaître les hérétiques

Sourate 61 verset 14

(…)Un groupe des Enfants d’Israël crut, tandis qu’un groupe nia(…).

Sourate 5 verset 66

(…) Certes, il existe bien parmi eux des gens du juste milieu, (…)

Īša ibn Maryam (as) attirait et captivait le peuple avec un discours fédérateur qui sort de l’adage habituel.

Doté d’une réthorique hors norme, d’une éloquence emprunt de paraboles et de formules des plus admirables.

Luc 19 verset 48 (…) tout le peuple l’écoutait avec admiration.

En tant que Messie il élabore son mouvement en établissant une organisation structuré. 

Il est le leader charismatique d’un premier cercle de fidèles  comprenant les douzes apôtres qu’il a exhorté lors de ses premiers prêches.

Puis d’un deuxième cercle englobant 70 ou 72 missionnaires et pour finir la masse de fidèles.

Luc 10 verset 1 

Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples, et il les envoya deux a deux devant lui dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller.

Plusieurs passage des anciennes écritures nous informent  sur la façon qu’avait īša (as) d’interagir avec les multiples tendances de son temps.

D’un point de vue eschatologique c’est le prophète idéal concernant les solutions à apportés à la communauté musulmane. 

D’autant plus que la rivalité d’autrefois entre les deux courants les plus influents les Pharisiens et les Sadducéens résonne encore à l’heure actuelle avec l’opposition entre les frères musulmans d’Égypte et les salafistes d’Arabie.

https://www.algeriepatriotique.com/2017/06/05/wahhabites-contre-freres-musulmans/

Īša ibn Maryam (as) est un exemple que l’on doit étudier lorsqu’on analyse par analogie deux périodes qui comprend beaucoup de corrélation.

Sourate 43 verset 63

Lorsque Jésus se présenta aux hommes, nanti de preuves évidentes, il leur dit :  « je vous apporte la sagesse et je viens vous éclairer sur certaines questions qui vous divisent. Craignez donc Dieu et obéissez-moi !

 

De Adam (as) jusqu’au Sceau de la prophètie, le dénominateur commun du message divin est le tawhid. Cependant chaque prophètes guident et transmets son message avec originalité en fonction du contexte compte tenu de la situation de son peuple.
Leur enseignement monothéiste est unique, mais adapté aux divers événements auxquels ils ont du faire face.

La particularité de Īša ibn Maryam (as)  c’est qu’il est le seul à avoir affronter une situation comparable qui se produit à notre époque.

Les dangers, les tensions et l’opposition avec l’impérialisme idolatre qui élargi son influence et les conséquences inhérentes sur la nation des croyants sont similaires.

L’occident moderne est une copie conforme à l’échelle planétaire de l’empire Romain mais son champ d’action est bien plus élaboré.
Etant donné les circonstances les musulmans tout comme les juif autrefois ne sont pas prédisposés à blamer les symboles empiriques.
Et encore moins à désavouer les gouvernements mis en place qu’on leur a assignés. Ils ne se préoccupent pas des enseignements authentique de la religion et entretiennent principalement les apparences de piété.

La mission de Īša (as) était de rectifié le judaïsme souillé par une longue période d’égarements.
Pour cela il s’est surtout mis en confrontation avec les pharisiens car ces derniers consacraient un culte exclusif aux autorités religieuses et excerçaient une influence malsaine sur les populations, les déviants de la vraie foi.

Il a rétabli la loi en la purifiant des ajouts et de la crispation des juifs autour d’elle en enseignant les autres aspects de la religion notamment la dimension spirituelle qui faisait défaut au benī israīl.

A travers son comportement prophètique on doit etudier son message et son rapport aux différents tendances qu’il avait autour de lui afin de cogiter sur la posture a employer pour relever les défis de cette situation conflictuelle.

Les croyants qui feront partis de la oumma de la fin temps domineront leur adversaires.
C’est dans ce sens que le Coran indique que ceux qui prennent  Īša ibn Maryam (as) pour modéle seront au dessus de leurs ennemis

Sourate 3 verset 55

C’est alors que Dieu dit :  » Ô Jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi, te purifier, te débarrasser des négateurs et placer ceux qui t’ont suivi au-dessus  de ceux qui t’ont renié jusqu’au Jour dernier. (…)

La communauté de Mohammad (sws) à la fin des temps se rangera au côté de īsa (as), ceux qui prendront exemple sur lui et qui chemineront sur sa voie seront les seuls à pouvoir affronter les épreuves et reconstituer la nation des croyants.

 

Je dédie cette article à Tono Tony pour sa confiance et son éclectisme puis une pensée spéciale à notre très chère soeur Sherazad. 

 

 

  • Sources principale

• Pourquoi Jesus doit il revenir ? et

• La voie des Nazaréens de

Soleiman Al-Kaabi au édition Nawa

  • Sources d’appui 

• Reconstruire les origines chrétiennes:    le courant « nazaréen » de François          Blanchetière

• Judaïsme ancien de Simon Claude            Mimouni

• Les Sicaires et les Zélotes au tournant      de notre ère de Christophe Mézange.

Typical

91 réflexions au sujet de “Les prémices de la Parousie”

  1. Cheikh Youssef al-Qardaoui en visite en Arabie Saoudite où il y a rencontré le Grand Mufti du Royaume Abdul Aziz Al ash-Shaykh 

    Marc 3 verset 6

    Et les pharisiens, sortant aussitôt avec les hérodiens, tinrent conseil contre lui pour le faire périr.

    Les hérodiens un parti politique qui comprenait semble-​t-​il des sadducéens.
    D’habitude, les sadducéens et les pharisiens ne s’entendent pas, mais là, ils sont solidaires dans leur lutte contre Jésus.

    Jean 7 verset 32

    Ce qui se murmurait ainsi dans la foule au sujet de Jésus parvint aux oreilles des pharisiens.
    Alors les chefs des prêtres et les pharisiens envoyèrent des gardes du Temple pour procéder à son arrestation.

    C’était juste une petite analogie pour le kif

    J'aime

  2. Le Conseil de coopération du Golfe Le CCG

    Mathieu 12 verset 14

    Là-dessus, les pharisiens, étant sortis, délibérèrent entre eux comment ils le feraient périr.

    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/05/qu-est-ce-que-le-conseil-de-cooperation-du-golfe_5138895_3218.html

    Sourate 8 (Al Anfal) verset 30

    Rappelle-toi Prophète le temps où les infidèles tramaient des complots contre toi pour t’emprisonner, te tuer ou te bannir.
    Ainsi complotaient-ils ; mais Dieu déjoua tous leurs complots, car Dieu maîtrise tous les stratagèmes. 

    J'aime

  3. En l’an -166 av JC eut lieu la bataille de Beth Horon qui est la deuxième grande confrontation militaire de la révolte des Maccabées.
    Elle se déroule entre les forces juives de Judas Maccabée et des forces séleucides commandées par Séron.

    L’armée dirigée par Judah Maccabee venait de remporter une bataille contre le général séleucide Apollonius.

    Seron déploya ses forces dans l’attente de la tactique de guerre de guérilla des Maccabées.

    4000 hommes côté Séleucide
    1000 hommes côté Juifs Maccabées

    La bataille a abouti à une victoire décisive pour les Macchabées, qui ont finalement vaincu l’unité de tête du général, tuant Seron lui-même.
    Le reste de la force Seleucide s’est replié peu de temps après.

    Une autre force fut bientôt envoyée contre les Maccabées, ce qui conduisit à la bataille d’Emmaüs

    J'aime

  4. Dans la série des néo-pharisiens et charlatans de la fin des temps.

    Le cas Karim El Hanifi.

    Isaac ou Ismael ?

    Cruci-fiction ?

    Karim Al Hanifi dit : « Le Christ a été crucifié, mort et ressuscité ! Les chrétiens se régalent dans les commentaires 🙂

    Vous noterez le signe occulte à 2’04

    J'aime

  5. Bien avant la révélation du Coran, d’autres chrétiens (qui furent cependant qualifiés d' »hérétiques ») niaient eux aussi que Jésus ait été crucifié. Ainsi en est-il des Basilidiens et d’autres ;

    Dans un de ses livres écrits au début du XVIIIè siècle, John Toland relatait cela ainsi :

    « On ne peut s’empêcher de crier contre l’ignorance de ceux qui s’imaginent que cette histoire de la mort de Jésus-Christ est originalement de l’invention des Mahométans. Les Bazilidiens au commencement du christianisme niaient que Jésus-Christ eût souffert la mort lui-même : ils disaient que Simon de Cyrené avait été crucifié à sa place. Les Corinthiens avant eux, et les Carpocratiens qui les ont suivis, pour ne pas en citer d’autres de ceux qui croyaient que Jésus-Christ n’avait été qu’un homme ordinaire, ont cru pareillement qu’il n’avait pas été crucifié, mais bien un de ses disciples qui lui ressemblait » (Le Nazaréen, ou le christianisme des Juifs, des Gentils et des Mahométans, pp. 32-33).

    Plus loin : « Phocius nous apprend qu’il a lu un livre intitulé « Le voyage des apôtres » contenant les actes de Pierre, Jean, André, Thomas et Paul, qu’entre plusieurs choses on y lit ce qui suit ; que le Christ n’a jamais été crucifié, mais un autre à sa place, que par ce moyen il s’était moqué de ceux qui s’imaginaient l’avoir crucifié : quelques-uns ont avancé que c’était Judas qui a été crucifié à sa place » (Ibid., pp. 33-34).

    Aujourd’hui, avec la découverte d’autres textes chrétiens antérieurs, on (re-)découvre que certaines communautés chrétiennes antérieures enseignaient en effet que ce n’était pas Jésus qui avait été crucifié.

    https://www.maison-islam.com/articles/?p=422

    J'aime

  6. Sicaire vient du latin sicarius qui désigne à l’origine celui qui porte le sica, c.a.d le poignard à lame recourbée dont se servaient les pirates illyriens.
    Par extension sicarius a vite pris le sens d’assassin et de tout bandit armé en général.
    Terme péjoratif vague et injurieux utilisé par les Romains pour désigner tout perturbateur armé.

    De nos jours c’est pareil les occidentaux focalisent leurs critiques du « Jihad » sur la notion de « violence » avec le concept central de terrorisme.

    Et du côté de Daesh on joue au couteau dès l’âge de 5ans.

    Pas besoin de doudou ni de nounours en peluche

    De toute façon il finira égorgé

    Une éducation inculqué depuis des millénaires par des experts sanguinaires…

    J'aime

  7. Voici une liste non exhaustive.

    les 3 principales divisions de l’islam;

    Sunnisme, Chiisme et Kharijisme.

    Lesquels se divisent encore en:

    SUNNISME se divise en:

    >> Hanafisme duquel découle le Deobandisme.

    >>Hanbalisme découle de cette doctrine le Salafisme!

    >>Malikisme

    >>Chaféisme

    CHIISME se divise en:

    >>Ismaélisme (septimains) sous-divisé en 3 autres courants
    –Druzes
    –Nizarites
    –Mustaliens se relie au Tayyibi en lien avec le Bohras lui même relié à 7 autres courants
    –Qarmates

    >>Alaouisme

    >>Alévisme

    >>Duodécimains
    lui aussi possède 3 modes de pensées
    — Shaykhisme
    — Usulisme
    — Akhbarisme

    >>Zaïdisme

    >>Kaysanites (courant disparu)

    KHARIJISME réparti en:

    >>ibadisme
    >> Azraqites
    >> Sufrites
    >> Nekkarites
    >> Haruriyya

    >> Coranisme et Asharisme

    >>Ahmadisme et Nation of Islam

    Y’en a d’autres et libre à vous de compléter cette liste…

    « O les croyants ! Craignez Allâh comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission. Et cramponnez-vous tous ensemble au « Habl » [câble] d’Allâh et ne soyez pas divisés ; et rappelez-vous le bienfait d’Allâh sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères… »

    Jusqu’à Ses paroles :

    « Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues… »

    Jusqu’à :

    « Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. »

    Coran, 3/102-103-105-110

    J'aime

  8. Mathieu 6 verset 5

    Et quand tu prieras, ne fais pas comme les hypocrites; car ils aiment à prier en se tenant debout dans les synagogues et aux coins des rues, afin d’être vus des hommes.(…)

    J'aime

  9. Les Esséniens recherchaient l’élévation spirituelle en ayant un mode de vie different des autres tendances du judaïsme antique.
    Ils n’étaient pas des hippies pour autant car ils ont bien pris part à la guerre en 70 on a retrouvé des traces de manuscrits que eux seules possedaient dans la forteresse de Massada.

    Les Esséniens attendaient une figure céleste qui viendrait sur terre, pour mettre un terme à la pollution du temple ainsi qu’à la prêtrise corrompue et qui purifierait le Saint des Saints et installerait un nouveau sacerdoce plus fidèle aux Esséniens.

    On retrouve la même dimension eschatologique dans la tradition soufi.

    Pour ceux que sa intéresse j’ai trouvé un lien sur le rouleau des guerres des manuscrits de Qumran

    http://rouleaudesguerres.blogspot.com/2013/07/with.html?m=1

    J'aime

  10. Que font les États-Unis et l’Iran en Irak ?

    C’est la question que l’on peut se poser et avant même d’y répondre , Babylone est encore au centre des événements.

    L’Irak est pris en étau entre les États-Unis et l’Iran depuis le renversement du régime de Saddam Hussein en 2003. Les Américains y sont restés huit ans et ont contribué, jusqu’à leur départ en 2011, à l’installation d’un nouveau système politique.

    C’est la montée du groupe armé État islamique (EI) qui a mené au retour, en 2014, de plus de 5000 militaires américains en sol irakien, dans le cadre de la coalition internationale antidjihadiste menée par les États-Unis.

    L’Iran a aussi soutenu l’Irak dans sa lutte contre l’EI avec des milices paramilitaires, notamment le Hachd Al-Chaabi, aujourd’hui intégrées aux forces armées du pays.

    L’EI n’étant plus aussi menaçant qu’avant, ces milices créées pour le combattre sont perçues dorénavant comme une plus grande menace pour les Américains. Il faut dire que les membres du Hachd Al-Chaabi sont en grande partie des Irakiens qui avaient lutté contre l’occupation américaine de 2003 à 2011.

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1458629/comprendre-conflit-etats-unis-iran-irak

    Le groupe paramilitaire chiite Hachd Al-Chaabi qui arbore un cercle et une pyamide calligraphiée

    Ce sont eux qui ont chassés Desh et qui font la loi sur le sol irakien.

    J'aime

  11. @ Typical, salam aleykum

    Tes illustrations sont incroyables et parlent d’elles mêmes ! Toujours un plaisir que de te lire mon cher frère.

    Ces races de vipères sont toujours là et plus fort que jamais mais bi idnillah wa ta’ala leur fin est proche.

    En attendant voilà encore une nouvelle série Canal+ sur les pharisiens catholiques ;

    https://www.cnews.fr/divertissement/2020-01-07/new-pope-la-serie-ou-deux-papes-saffrontent-sur-canal-915143

    J'aime

Lire la charte avant de saisir votre commentaire, veuillez respecter le sujet de l'article, aucun HS ne sera toléré, les commentaires hors sujet seront systématiquement effacés.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s