Harut et Marut, Anges ou démons ? 2/2

Seconde partie

Quand les Banou Israël, peuple à la nuque raide, ont éprouvés de l’aversion pour les Saintes Écritures et les commandements Divins, ils se livrèrent à la magie et autres activités occultes. Tenant compte du fait que la magie et ses adeptes étaient nombreux durant le règne de Soulaymane (as), ils certifiaient que leur magie tirait son origine du Roi-Prophète.

Le Saint Coran démontre sans ambiguïté que leurs pratiques de sorcellerie n’étaient en aucune façon liées au Prophète Souleymane (as) qui se retrouve innocenté de toute mécréance , que La Paix et le Salut soient sur Lui. Dans le verset 102 de la sourate Al Baqara nous trouvons trois indications importantes pour poursuivre nos recherches et avoir un éclaircissement sur qui sont véritablement Harut et Marut. Allah swt nous renseigne :

1- Sur la période où l’étude et la pratique de la sorcellerie fut intense–> Durant et Après le règne de Souleymane (as) qu’Allah swt innocente
2– Sur le lieu où se pratiquait et enseignait la sorcellerie–> Babylone
3– Sur les êtres qui l’enseignait aux Banou Israël –> les chayatines/diables ainsi que deux noms mentionnés Harut et Marut

Nous avons donc la période, durant le règne et après la mort de Souleymane (as). Le lieu Babylone, pourquoi cette ville et pas une autre ?  Parce que cette ville, celle de Nimrod, est le berceau de la magie noire et des sciences occultes, là où sont nés la Kabbale et Talmud de Babylone, cela laisse à penser que c’est durant l’exil et la captivité des Banou Israël que s’y est accentuée la pratique et l’enseignement de la sorcellerie, nous sommes informés par Celui qui Sait et Entend Tout  Allah swt , que leurs enseignants furent les chayatines/diables, et nous avons  la mention de deux noms  Harut et Marut. Commençons par le point 1 et 2.

Babylone le berceau de la sorcellerie

[Extrait de notre article « les Maitres des Éléments les adeptes de « l’insensé » », par Le Bouc Émissaire ]

Suite à la destruction du temple de Salomon par Nabuchodonosor, les israélites furent déportés à Babylone. Durant cet exil est apparue cette étrange pratique occulte que l’on nomme Kabbale ou l’art et la manière de pratiquer la sorcellerie. Tout le reste, ce n’est que « garniture » qui accompagne commodément la chose détestable qu’est la Kabbale. Une diversion qui se dissout immédiatement face à la lumière du Coran.

La Kabbale a vu le jour durant l’exil de Babylone. La légende voudrait pourtant nous faire croire qu’Abraham aurait défini le principe de la Kabbale et qu’elle fut concrètement révélée à Moise en même temps qu’il recevait la Thora. Cette dernière aurait finalement été rassemblée par les scribes israélites durant leur captivité à Babylone. Elle est présentée comme la loi orale secrète. Le Coran nous informe de sa véritable nature.


Sourate 2
101. Et quand leur vint d’Allah un messager confirmant ce qu’il y avait déjà avec eux, certains à qui le Livre avait été donné jetèrent derrière leur dos le Livre d’Allah comme s’ils ne savaient pas !

102. Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Soulayman. Alors que Soulayman n’a jamais été mécréant, mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : “Nous ne sommes rien qu’une tentation : ne soit pas mécréant”; ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. […]


Allah (swt) désigne nommément le lieu où sont descendus les « anges » afin d’enseigner la sorcellerie. Il se trouve qu’un seul peuple ayant intégré dans sa pratique religieuse « monothéiste » l’art et la manière d’utiliser la sorcellerie fut un temps exilé à Babylone. Rien ne dit que les israélites furent les contemporains d’Harut et Marut, mais rien ne dit le contraire non plus. Le fait est que Babylone fut un des hauts lieux de la sorcellerie. La présence des israélites à Babylone durant les presque soixante-dix années de leur exil reste hautement suspecte.

La Kabbale (ou comment cashériser le commerce avec le Diable !)

La kabbale se définit comme étant la doctrine ésotérique juive. Kabbale signifiant « recevoir » en rapport à la coutume de transmettre oralement la tradition ésotérique. Son but est d’enseigner comment diriger ses intentions en priant Dieu, quels anges invoquer pour obtenir leur intercession et comment se prémunir contre les esprits malfaisants.

Par anges il faut comprendre Djinns. La Kabbale réintroduit le polythéisme au sein du judaïsme, à supposer que celui-ci l’ait un jour quitté. Cela rejoint le verset 31 de la sourate 9 : » Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines ainsi que le Christ fils de Marie comme seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a ordonné que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui. Gloire à Lui. Il est au-dessus de ce qu’ils Lui associent. »

Pour comprendre le degré d’étrangeté qu’est la kabbale dans un dogme monothéiste voici un bref aperçu « historique » :

« La Kabbale fut enseignée par Dieu Lui-même à une compagnie choisie d’anges, qui formait une école théosophique au Paradis. Après la Chute, des anges communiquèrent très gracieusement cette doctrine céleste aux enfants obéissants de la terre afin de fournir aux protoplastes les moyens de retourner à leur noblesse et félicité immaculées. [note eschatologiablog : cela ne vous rappelle rien?!]

D’Adam, elle passa à Noé et puis à Abraham, l’ami de Dieu, qui émigra avec elle en Égypte où les patriarches autorisèrent qu’une parcelle de cette doctrine mystérieuse soit communiquée à l’extérieur. C’est de cette manière que les Égyptiens obtinrent une connaissance de la Kabbale et que les autres nations orientales purent l’introduire dans leurs propres systèmes philosophiques. Moïse, à qui fut enseigné toute la sagesse de l’Égypte, fut d’abord initié à la Kabbale dans son pays natal, mais il en devint encore plus savant lors de la marche dans le désert, lorsque non seulement il se voua à l’étude de la Kabbale pendant les heures de loisirs de ces 40 années, mais reçut également des leçons d’un ange.

Grâce à cette science mystérieuse, celui qui donna la Loi au peuple hébreu fut capable de surmonter les difficultés qui surgirent lors de la conduite des israélites et ce, en dépit des guerres et de la misère de la nation. Il cacha les principes de cette doctrine secrète dans les quatre premiers livres du Pentateuque, excluant le Deutéronome. Moïse initia également les Soixante-dix Anciens aux secrets de cette doctrine et ils la transmirent à leur tour de bouche à oreille.

De tous ceux qui formèrent la chaîne continue de la tradition, David et Salomon furent les plus profondément initiés à la Kabbale. Aucun, cependant, n’osa la coucher sur le papier, jusqu’à Siméon Bar Yochaï, qui vécut au temps de la destruction du second Temple… Après sa mort, son fils, Rabbi Éléazar et son secrétaire, Rabbi Abba, ainsi que ses disciples, collectèrent les traités de Siméon Bar Yochaï et composèrent le célèbre ouvrage זהר, Zohar, la Splendeur, qui est le grand dépôt du Cabalisme. » Essai sur la Kabbale du docteur Christian Ginsburg .

Les démons vouent à l’Homme une haine sans fin, mais s’il y a un homme qui est probablement le plus détesté, c’est sans conteste, le prophète Salomon (as). Pourquoi ? Pour la simple raison qu’il a maintenu les démons, avec la permission d’Allah (swt), dans l’état servile d’esclaves.

Sourate 21:82. « et parmi les diables il en était qui plongeaient pour lui et faisaient d’autres travaux encore, et Nous les surveillions Nous-mêmes. »

Sourate 34:12. « […] Et parmi les Djinns il y en a qui travaillaient sous ses ordres, par permission de son Seigneur. Quiconque d’entre eux, cependant, déviait de Notre ordre, Nous lui faisions goûter le châtiment de la fournaise.
13. Ils exécutaient pour lui ce qu’il voulait : sanctuaires, statues, plateaux comme des bassins et marmites bien ancrées. […]
37. De même que les diables, bâtisseurs et plongeurs de toutes sortes.
38. Et d’autres encore, accouplés dans des chaînes. »

Animés d’une haine incommensurable ils ont répandu après sa mort d’innombrables mensonges, « ce que les diables racontent contre le règne de Solayman », en particulier en attribuant ses pouvoirs exceptionnels par des pratiques magiques.

Les Démons ont colporté des mensonges contre lui en affirmant qu’il était un magicien. Le fameux sceau de Salomon (as) semble de toute évidence être l’un de ces mensonges. Ce sceau lui donnait dit-on le pouvoir de commander les démons, les djinns, les vents et de parler avec les animaux. Or il paraît évident qu’utiliser un talisman afin d’acquérir un pouvoir de la sorte, relève explicitement de la sorcellerie. Le hadith suivant se réfère au sceau de Salomon (as), est d’une authenticité des plus douteuses.

Selon Abou Hourayra, le prophète (sws) a dit : « La Bête apparaîtra munie du bâton de Moise (as) et du Sceau de Salomon (as), elle marquera du sceau le nez du mécréant et fera resplendir le visage du croyant en le touchant du bâton, au point que les gens se réuniront à une même table et qu’ils diront les uns aux autres : Ô toi, le croyant Ô toi le mécréant « . (Ahmad)


Harut et Marut , les DEUX « Anges » de Babylone

Anges, Rois ou démons ?

Je reprends ici la note en rouge ci-dessus : « La Kabbale fut enseignée par Dieu Lui-même à une compagnie choisie d’anges, qui formait une école théosophique au Paradis. Après la Chute, des anges communiquèrent très gracieusement cette doctrine céleste aux enfants obéissants de la terre afin de fournir aux protoplastes les moyens de retourner à leur noblesse et félicité immaculées. »

Un fait est certain est que les juifs exilés devenus angelolâtres puisaient leurs connaissances occultes et leurs collections d’anges de la Kabbale, 72 pour être précise, à une autre source que Babylone. Afin d’identifier ces deux personnages, Harut et Marut, il nous faut chercher tout d’abord l’origine de ces fables juives, un bref rappel du contexte historique suffira pour avoir un début de piste.

Lorsque Cyrus II, en 539 avant J-C, fit la conquête de la Mésopotamie, les juifs étaient toujours en exil (qui fut plutôt prospère) à Babylone, il mit fin à leur déportation, autorisa leur retour et la reconstruction du Temple de Jérusalem, une partie des exilés, l’élite de la diaspora juive comprenant des princes, des prêtres, des scribes et des savants choisit de retourner en Judée tout en demeurant sous la tutelle des Perses.

Pour l’autre partie, des juifs accédèrent durant leur exil à des postes à haute responsabilité au sein de l’administration Babylonienne puis Perse, ils choisirent de rester à Babylone devenant incontestablement des infiltrés au cœur de l’empire Perse, une pratique qui deviendra une de leur spécialité nous rappelant une devise très «maussade» devenue tristement célèbre «Avec ruse tu feras la guerre», ces infiltrés gagnèrent au fur et à mesure une forte influence sur la première puissance mondiale de l’époque, les juifs n’avaient pas alors d’allié plus solide que les Perses.

C’est à cette époque, après le retour de l’exil Babylonien, que la rédaction des principaux livres de l’Ancien Testament débuta, par gratitude, la Perse et son roi, en des termes très élogieux, seront à de nombreuses reprises mentionnés dans l’Ancien Testament, Cyrus II y est présenté comme l’oint de Dieu, le « Messie », d’autres rois perses seront également nommés comme Darius et Artaxerxés.

Les habitants de Judée n’ayant pas été déportés virent d’un mauvais œil le retour de ces scribes, savants et princes exilés les suspectant de s’être égarés au contact des païens de Babylone, leur nouvelle doctrine religieuse étant devenue complètement incompréhensible voire hérétique car très éloignée du Judaïsme de leurs ancêtres.

Le culte des anges pratiqué par les juifs babyloniens représentant bien une entorse sérieuse au monothéisme, Babylone étant devenue Perse, nous sommes donc en droit de chercher dans ces nouvelles «Saintes Écritures» et ces cultes/mythes des Anges et Archanges incontestablement des influences religieuses d’origine iraniennes, c’est donc du coté des perses que nous allons orienter et poursuivre nos recherches.

La religion chez les Perses

Il ne s’agit pas de faire un exposé sur l’antique religion des perses, ce n’est pas le sujet de l’article , et ce serait trop long, nous allons juste prendre ce qui nous intéresse, deux liens très complets en fin d’article sont à votre disposition si vous voulez en savoir plus.

L’Empire Achéménide (550-330 avant J-C) fondé par Cyrus II voit le développement du mazdéisme, sous l’empire Sassanide (224-651 après J-C), le mazdéisme est alors érigé en religion d’État. Le mazdéisme, religion d’Ahura Mazda ou Ormuzd qui deviendra plus tard le zoroastrisme (après les réformes de Zoroastre) est l’une des plus antiques croyances de l’Orient. Elle a été professée par les anciens iraniens et est exposée dans les livres de l’Avesta, livre des «écritures sacrées» dont une grande partie n’a pu être retrouvée. Il persiste encore de nos jours une influence perse dominante dans les croyances arménienne et indo-européenne.

Les perses mazdéistes mais aussi les zoroastres vouent un culte au feu, au soleil mais aussi aux anges et archanges, leurs prêtres sont appelés des mages, on retrouve un groupe de sept*divinités, des «archanges» au nombre de six entourant Ahura Mazda qui est le septième, elles sont nommées les Amesha Spenta* ou parfois Amschaspands* (« les immortels bénéfiques») : Trois sont des entités masculines, trois féminines, elles sont représentées autour d’Ahura Mazda ou Zoroastre. les Amesha Spenta sont invoqués et vénérés séparément et on dit qu’ils descendent sur des chemins de lumière.

*Sept : Selon une tradition juive rapportée par le midrash Beréshit Rabbah (Sur Genèse XVIII, 1), l’attribution de noms personnels aux anges aurait été importée de Babylonie. Il est certain que le chiffre 7, si cher aux apocalypses juives, est babylonien : il vient du culte des 7 planètes dans lesquelles on voyait des divinités contrôlant la vie des hommes et des nations. L’identification des étoiles et des corps célestes aux êtres angéliques et le culte qu’on leur rendait s’enracinent en des systèmes aussi bien babyloniens que perses.

*les Amesha Spenta ; « Les Amesha Spenta (Immortels Saints, Immortels Bénéfiques) sont des génies bénéfiques du zoroastrisme. Ce sont des « entités entourant Ahura Mazda et représentant à la fois les qualités du dieu et de l’homme » (Jacques Duchesne-Guillemin, apud Dictionnaire des religions, PUF, 1984, p. 31). Georges Dumézil (Jupiter, Mars, Quirinus, t. III : Naissance d’archanges. Essai sur la formation de la théologie zoroastrienne, 1945) traduit par « archanges ». Les trois premières entités sont fils d’Ahura Mazdâ ; en revanche, Haurvatât et Ameretât sont des dons distribués par Ahura Mazdâ ; et Spenta Armaiti est une œuvre humaine, avec l’aide d’Ahura Mazdâ » 

*Les Amschaspands : « Les Amschaspands, sont les bons génies, du premier ordre, de la religion Zoroastre, ministres d’Ormuzd, étaient opposés aux Darvands ou Devs. (Les Anges). Le nom zend primitif est Amrita-çpenta, immortels saints. Chefs de la hiérarchie céleste, ils sont les ministres suprêmes d’Ormuzd, sous la loi duquel ils veillent à l’organisation, à la conservation, et au perfectionnement du monde. Ils sont au nombre de six, dont chacun a son domaine distinct : »

Vous avez bien lu, des génies bienfaisants, et bien regardons comment étaient perçus les génies chez pratiquement tous les peuples de l’Antiquité, la plupart les ont pris comme divinités …

Les génies

«  Les génies, dont le culte se trouve répandu chez tous les peuples de l’Antiquité, étaient regardés comme des divinités intermédiaires entre les hommes et les dieux. Appelés dévatas et daitias chez les Hindous, izeds chez les Zends, Djinns ou Gens chez les Persans et les Arabes, ils apparaissent en Grèce sous le nom de daimones, et à Rome sous celui de genii; mais partout on les considère comme présidant aux destinées de l’homme ou intervenant dans les affaires de ce monde.

Selon certains peuples orientaux, les génies sont doués d’une forme corporelle qu’ils peuvent métamorphoser à leur gré. Ils habitaient la terre longtemps avant la création de l’homme; mais s’étant révoltés contre Dieu, ils en furent chassés par Éblis et rejetés à l’extrémité du monde. Selon les légendes persanes, ils sont obligés de se soumettre et d’obéir aux ordres des possesseurs de certains talismans. C’est ainsi que Salomon possédait un anneau mystérieux par la vertu duquel il commandait à toutes les légions des Djinns qui, à la volonté de ce roi, exécutaient les plus grands prodiges et réalisaient les merveilles les plus incroyables.

Le folklore arabe considère les génies ou djinns comme des esprits malfaisants, d’où émane tout le mal qui se fait sur la terre. Quant aux Chinois, qui leur donnent le nom de tchin, ils les regardent comme les esprits tutélaires, comme les « gardiens spirituels » des villes et des provinces. Néanmoins, dans le principe, ils ne leur rendaient aucun culte particulier : ce ne fut que dans la suite des temps qu’ils introduisirent dans leurs édifices sucrés la représentation de ces Génies.

Chez les Grecs, la conception des génies n’a pas toujours été la même. Dans Homère, le mot Démon désigne seulement la divinité qui préside à la destinée de chacun, c’est-à-dire le sort. Hésiode seul parle de 30 000 démons serviteurs de Zeus et gardiens des mortels, qui ne sauraient apercevoir leurs corps aériens. Ces génies sont les âmes des justes de l’âge d’or, et leur mission est de veiller à l’exercice de la justice. Plus tard, les philosophes grecs représentèrent les démons comme des esprits tutélaires attachés aux hommes dès l’instant de leur naissance, et leur servant d’intermédiaires dans leurs rapports avec les dieux.

Espèces d’anges gardiens du paganisme, ils inspiraient et conseillaient celui qu’ils protégeaient, et c’est ainsi que Socrate rapportait toutes ses inspirations à son génie. Mais à côté de ces démons bienfaisants, il y avait aussi des démons malfaisants, qui poussaient au mal et qui représentent assez bien les djinns des peuples orientaux. Enfin, dans les auteurs des derniers temps, on trouve ce nom de démon appliqué aux âmes des morts.

Dans les croyances des anciennes peuples italiques, et particulièrement des Étrusques, les génies étaient des êtres surnaturels d’un caractère très indéterminé, qui étaient chargés de veiller non seulement sur chaque famille et sur chaque individu, mais encore sur les choses et particulièrement sur les lieux.

Les Romains avaient emprunté aux Étrusques leur croyance aux génies. D’après Censorinus, le génie est le dieu sous la protection duquel sont placées la naissance et la vie de chaque homme. Aussi le culte du génie était-il intimement lié avec les cérémonies domestiques. Le lit nuptial s’appelait lectus genialis. Le jour du génie, dies genialis, était consacré à la joie et aux divertissements. Indulgere genio (satisfaire son génie), c’était jouir des plaisirs de la vie, tandis que defraudare genium signifiait s’abandonner à la tristesse et à la douleur.

Les offrandes que les Romains faisaient en certaines circonstances, principalement aux anniversaires de naissance, à leur génie, consistaient en libations de vins, en gâteaux et en guirlandes de fleurs. On croyait que les génies se manifestaient quelquefois sous la forme de serpents. On représentait ordinairement les génies sous la forme de jeunes hommes tenant d’une main une coupe ou une lance, et de l’autre une corne d’abondance. Au Moyen âge on admettait des génies propres à chacun des quatre éléments : les sylphes, pour l’air; les gnomes, pour la terre; les ondins, pour l’eau, et les salamandres; pour le feu. (A19). »

En librairie – Olivier de Marliave et Jean-Claude Pertuzé, Panthéon pyrénéen, Dieux, génies et démons dans la mythologie pyrénéenne, Loubatières. Claude Lecouteux, La maison et ses génies, Imago, 2000. – Claude Lecouteux et Régis Boyer, Démons et génies du terroir au Moyen-âge, Imago, 1995. » source

Oui, je sais vous avez assez patienté et vous voulez tous savoir …

Qui sont Harut et Marut :))

Des génies/djinns qui ont assurément jouer un rôle dans la formation des 72 « anges » et « archanges » qui se sont groupés autour du trône du dieu des Kabbalistes/Talmudistes Babyloniens…Liste et détails ici 

Voici une illustration des six génies/djinns/« archanges », les  7 Amesha Spenta entourant Zaratrushtra/Zoroastre

Spenta Mainyu : Ahura Mazda
Vohu Manah : Masculin, Bonne Pensée
Asha Vahishta : Masculin, Vérité-Justice excellente, Meilleure Rectitude.
Xshathra Vairya : Masculin, Pouvoir désirable, Empire Désirable.
Spentâ Ârmaiti : Féminin, Sainte Dévotion, Bénéfique Pensée Parfaite.
Haurvatāt :Féminin, Intégrité, Santé.
Ameretāt : Féminin, Non-Mort, Immortalité.

L’équipe au complet chez Marvel :))

harut marut

Deux noms vont attirer de suite notre attention : Haurvatat et Ameretat

Haurvatat = Harut et Ameretat = Marut

Harut et Marut ne sont autres que les deux Amesha Spentas féminines d’Ahura Mazda, « intégrité » et « immortalité », divinités des eaux et des plantes, de la santé et de la guérison , Haurvatat et Ameretat sont souvent en couple, rarement séparées quand on les invoque, préposées l’une à la domination des plantes, l’autre des eaux, l’une n’allant jamais sans l’autre comme la plante et l’eau, dans les offrandes pour l’une les solides, l’autre les liquides. Harut et Marut ne sont ni des anges, ni des rois, ni des hommes, elles sont deux « déesses » jumelles Djinns..

Le voyage de ces deux «anges-magiciennes» se fit des hauts plateaux de la Perse à travers la Babylonie, l’Arménie, la Grèce, l’Égypte, les déserts d’Arabie, l’Inde et certainement traversant l’Asie jusqu’en Chine… La Perse a fortement influencé la culture spirituelle arménienne. Harut et Marut étaient deux idoles vénérées en Arménie de l’empire Médo-Perse, sous le nom de Horot et Morot :

« William St. Clair Tisdall affirme que Harut et Marut sont deux anciennes divinités arméniennes vénérées par les Arméniens avant leur conversion au christianisme. On dit qu’ils sont des assistants de la déesse Spendaramit. Ils étaient les promoteurs spéciaux de la productivité et de la rentabilité de la terre. Horot et Morot apparaissent aussi dans l’ Avesta comme Haurvat (ou Haurvatat) et Ameretat, « abondance » et « immortalité ».

Haurvatāt (intégrité ou perfection) et Ameretāt (Immortalité) sont souvent mentionnés ensemble en tant que sœurs. Ils président à l’eau et aux plantes et peuvent venir chez le croyant en récompense de leur participation à la nature de l’autre amesha « source

« Certes, Horot et Morot, divinités tutélaires du mont Ararat, et Aminabegh, et peut-être d’autres encore inconnus , étaient des assistants de la déesse féminine Aspandaramlt. Celles-ci l’ont aidée et étaient excellentes sur la terre. Dans la littérature arménienne, Hûrvatát et Ameretát ont également été combinés pour former Hauraut-Mauraut, le nom d’une fleur de la famille des jacinthes utilisée dans les rites populaires du jour de l’Ascension (voir Dumézil).

Les Arméniens à ce jour sortent la veille du jour de l’Ascension ( bûcheron d’Hambarjman ) pour ramasser des bouquets de fleurs naines , nommées d’après les Aməša Spəntas Haurvatāt et Amərətāt (G. Dumézil, «Les fleurs haurot-maurot et les anges Haurvatat -Ameretat, « … Les deux yazata sont venus pour être considérés par les Arméniens comme des amoureux, car ils sont toujours mentionnés ensemble… » source

Maintenant nous avons identifié ces deux faux-anges, forcement les noms du binôme Harut et Marut changent d’une culture à une autre, d’une langue à une autre mais leur structure et leur formulation peuvent se percevoir car la racine demeure toujours…

Je pense avoir retrouvé les jumelles dans la liste des 72 « anges » de la kabbale Babylonienne, c’est toujours un couple mais mixte, technique de kabbalistes pour bien brouiller les pistes, les voici, continuellement dans l’inversion, une autre de leurs particularités, ce n’est plus H&M mais M&H:))

Les Anges Gardiens MELAHEL & HAHEUIAH (n° 23 et 24)

liste faux angeskabbale

 


Désormais nous savons qui sont  Harut et Marut, revenons au  Verset 102 de la sourate Al Baqara…

Dans le contexte qui précède le verset 102, il est question d’une condamnation Divine sans appel sur « quiconque est ennemi de Dieu, de Ses anges et de Ses messagers », notamment de ceux parmi les juifs qui démentirent les prédécesseurs de Muhammad* et «  jetèrent derrière leur dos le Livre de Dieu ».

2 :98 [Dis: ]: « Quiconque est ennemi d’Allah, de Ses anges, de Ses messagers, de Jibril (Gabriel) et de Michaël… [Allah sera son ennemi] car Allah est l’ennemi des infidèles. »

Man Kāna `Adūwāan Lillāhi Wa Malā’ikatihi Wa Rusulihi Wa Jibrīla Wa Mīkāla Fa’inna Allāha `Adūwun Lilkāfirīna

Notez la particule possessive, Ses en français et hi en arabe, qui est utilisée pour exprimer la possession de quelque chose par quelqu’un, ici en l’occurrence les Anges et Messagers de Dieu swt ainsi que Jibril et Mikael (as) … Le déterminant possessif, Ses,  à la différence des autres déterminants, indique une relation d’appartenance ou de connaissance avec le possesseur.

Dans le verset 102,  Harout et Marout, voyons comment Allah les mentionne-t-Il ? Aucune relation d’appartenance, vous allez voir et comprendre la différence…

102:  » Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Sulayman (Salomon). Alors que Sulayman (Salomon) n’a jamais été mécréant mais bien les diables: ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harut et Marut, à Babylone; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord: « Nous ne sommes rien qu’une tentation: ne sois pas mécréant «  

Dans la traduction en français, nous avons la préposition «  aux » deux anges… »

Wa Attaba`ū Mā Tatlū Ash-Shayāţīnu `Alá Mulki Sulaymāna Wa Mā Kafara Sulaymānu Wa Lakinna Ash-Shayāţīna Kafarū Yu`allimūna An-Nāsa As-Siĥra Wa Mā ‘Unzila `Alá Al-Malakayni Bibābila Hārūta Wa Mārūta Wa Mā Yu`allimāni Min ‘Aĥadin Ĥattá Yaqūlā ‘Innamā Naĥnu Fitnatun Falā Takfur Fayata`allamūna Minhumā Mā Yufarriqūna Bihi Bayna Al-Mar’i Wa Zawjihi Wa Mā Hum Biđārrīna Bihi Min ‘Aĥadin ‘Illā Bi’idhni Allāhi Wa Yata`allamūna Mā Yađurruhum Wa Lā Yanfa`uhum Wa Laqad `Alimū Lamani Ashtarāhu Mā Lahu Fī Al-‘Ākhirati Min Khalāqin Wa Labi’sa Mā Sharaw Bihi ‘Anfusahum Law Kānū Ya`lamūna

La Parole Divine les nomme « Al-Malakayni » au lieu de « Malakayni » qui signifie « deux anges », la terminaison en « ni » exprime toujours un duo, une paire .

Quelle est la différence entre «Malakayni» et «Al Malakayni»?
Dans « Al Malakayni », nous avons la préposition Al qui est un démonstratif, en français le déterminant démonstratif « CES » permet de montrer de façon précise des choses ou personnes.

«Al Malakayni » signifie « CES deux anges »

« Al-Malakayni » est suivi de « Bibābila » Hārūta Wa Mārūta

« Bibābila », ici nous avons la préposition « Bi » qui précède le nom d’un lieu, « Babil » , en arabe la particule Bi / est une préposition qui signifie « avec, au moyen de ».

Al-Malakayni Bibābila Hārūta Wa Mārūta , traduit mot à mot donne «  ces deux anges avec/au moyen de Babyl haruta et maruta »,  je comprend « ces deux faux-anges de babylone  haruta et maruta ».

Pourquoi je parle de faux-anges, pour tout ce que j’ai écrit précédemment dans cet article, mais aussi pour la raison qui va suivre…

Dans tout le Saint Coran le mot Malakayni n’est employé que deux fois,  dans le verset 20 de la sourate 7, Al-Araf ,  et Al Malakayni pour Harut et Marut dans la seconde Verset 102 :

malakayni coran

19 « Ô Adam, habite le Paradis, toi et ton épouse; et mangez en vous deux, à votre guise; et n’approchez pas l’arbre que voici; sinon, vous seriez du nombre des injustes. »

20 Puis le Diable, afin de leur rendre visible ce qui leur était caché -leurs nudités -leur chuchota, disant: « Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que pour vous empêcher de devenir des Anges ou d’être immortels. »

20 Fawaswasa Lahumā Ash-Shayţānu Liyubdiya Lahumā Mā Wūriya `Anhumā Min Saw’ātihimā Wa Qāla Mā Nahākumā Rabbukumā `An Hadhihi Ash-Shajarati ‘Illā ‘An Takūnā Malakayni ‘Aw Takūnā Mina Al-Khālidīna

21 Et il leur jura: « Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller. »
22 Alors il les fit tomber par tromperie. Puis, lorsqu’ils eurent goûté de l’arbre, leurs nudités leur devinrent visibles; et ils commencèrent tous deux à y attacher des feuilles du Paradis. Et leur Seigneur les appela: « Ne vous avais-Je pas interdit cet arbre ? Et ne vous avais-Je pas dit que le Diable était pour vous un ennemi déclaré ? »

Voilà la seconde fois où est employé le mot Malakayni dans tout le Coran, verset 7 sourate 20, Allah swt nous rapporte la ruse d’ iblis, ce qu’il chuchota à Adam (as) et Ève (as) « Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que pour vous empêcher de devenir des Anges ou d’être immortels. » Devenir des Anges ou des êtres immortels, exactement comme les Amesha Spenta ….

Malakayni a bien un rapport avec le mensonge et la tromperie : V21 : Et il leur jura: « Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller. », tout comme Harut et Marut, Almalakayni Bibabil , Ces deux faux-anges de Babylone, leur ruse était si intelligente que lorsqu’ils remarquaient ce que les gens pensaient de leur « piété », ils disaient à tous ceux qui voulaient apprendre :

« Nous ne sommes sûrement qu’une épreuve, ne soyez donc pas mécréants. » Ils ont fait cela pour montrer aux hommes que leurs connaissances étaient divinement inspirées et qu’ils ne recherchaient que la bonté pour mieux les égarer et les tromper, tout comme iblis, Harut et Marut furent « de bons conseillers ». Harut et Marut, faux-dieux, faux-anges mais vrais-démons !

Pour conclure, je vous propose en toute humilité ma propre interprétation du verset 102 :

« Ils ont préféré suivre ce que les démons rapportaient sur le règne de Salomon. Mais Salomon n’était pas négateur ; ce sont les démons qui l’étaient et qui apprenaient aux gens la sorcellerie et ce qui n’avait pas été inspiré à CES deux anges de Babyl, Harut et Marut.

Or, ceux-ci  n’apprenaient rien à personne sans lui dire auparavant :

«Nous ne sommes là que pour tenter les hommes ! Prends donc garde de perdre ta foi !»

Les gens apprenaient auprès de ces deux-la le moyen de séparer le mari de sa femme, mais ils ne pouvaient nuire à qui que ce soit sans la permission d’Allah.

D’ailleurs, de telles pratiques les initiaient beaucoup plus à ce qui était nuisible qu’à ce qui était utile, sans compter que ceux qui s’y adonnaient savaient bien qu’ils n’auraient aucune part de bonheur dans la vie dernière. À quel vil prix ont-ils ainsi aliéné leurs âmes ! Mais le savaient-ils? »

Mon Âme, mon cœur , mon esprit ne peuvent accepter ni même concevoir que des Anges, ces créatures si nobles auraient enseignés la magie noire à des apprentis-sorciers , la sorcellerie «Sihr» est «Kufr», ce qui signifie nier directement Allah swt, de tels actes de «déni de Dieu» n’auraient jamais été commis par SES Anges. Allah Exalté soit son nom donne Sa Lumière, Sa Guidance à qui Il veut et Il égare qui Il veut, nul besoin pour Lui d’envoyer Ses Anges donner des cours de sorcellerie afin de tester les hommes, Il les guide par le Coran Sa Parole, la raison, l’instinct, ainsi que par Ses actes qui montrent Sa Présence, Il est Le Créateur, L’Éducateur, Le Dirigeant, L’Unique, Le Présent et le Parfait.

S7:27 : « Ô enfants d’Adam ! Que le Diable ne vous tente point, comme il a fait sortir du Paradis vos père et mère, leur arrachant leur vêtement pour leur rendre visibles leurs nudités. Il vous voit, lui et ses suppôts, d’où vous ne les voyez pas. Nous avons désigné les diables pour alliés à ceux qui ne croient point,

28: et quand ceux-ci commettent une turpitude, ils disent: « C’est une coutume léguée par nos ancêtres et prescrite par Allah. » Dis: « [Non,] Allah ne commande point la turpitude. Direz-vous contre Allah ce que vous ne savez pas ? »

29: Dis: « Mon Seigneur a commandé l’équité. Que votre prosternation soit exclusivement pour Lui. Et invoquez-Le, sincères dans votre culte. De même qu’Il vous a créés, vous retournerez à Lui. »

30: Il guide une partie, tandis qu’une autre partie a mérité l’égarement parce qu’ils ont pris, au lieu d’Allah, les diables pour alliés, et ils pensent qu’ils sont bien-guidés ! »

Seigneur ! Nous te prions de ne pas détourner nos cœurs après nous avoir guidé, et de répandre Ta miséricorde sur nous, car Tu es certes Le Dispensateur de toute grâce, Le Plus Sachant et Le Plus Savant. *Que la Paix et les Bénédictions d’Allah Exalté soit Son Nom soient sur Ses Anges, Ses Prophètes et Ses Messagers. Allahouma Amin.

Sherazad.

eschatologiablog


https://www.lesclesdumoyenorient.com/Le-zoroastrisme-Partie-I-doctrine.html

https://www.lesclesdumoyenorient.com/Le-zoroastrisme-Partie-II.html 


Je dédie cet article, pour sa patience à notre fidèle intervenant « Typical Muslim »  😉

Que la Paix et les Bénédictions d’Allah swt soient sur vous tous…

Publicités

8 réflexions au sujet de “Harut et Marut, Anges ou démons ? 2/2”

  1. Salam alaykoum !

    Je viens de finir de lire l’article à l’instant.
    Barakallahoufikoum pour la recherche et l’effort d’interprétation.
    Sa valait le coup d’attendre et la dédicace à la fin me touche énormément vraiment. 😊

    Jazāka Llāhu hayran 🙏🏽

    J'aime

  2. @ Scherazad

    Merçi encore pour cette pétite d’information et la petite touche finale qui me fait chaud au coeur.

    La grande classe je lis et relis l’article depuis ce matin.
    C’est validé à 1000% ma très chère soeur.
    Le lien avec le mazdéisme fallait y penser. C’est du High level.

    L’importance aussi de maitrisé l’arabe, pour aperçevoir les particules grammaticale utiliser afin d’explorer une forme lyrical inimitable dont seul ALLAH (sw) a le secret.

    Qu’Allah te préserve!

    J'aime

  3. Salam aleykum les frères,

    Ravi que vous soyez convaincus sur le fait que H&M 🙂 ne sont pas des anges mais bien des jinns-démons.

    @ Yannis,

    C’est bien :  » «Malakayni» et «Al Malakayni» » . Je cite Sherazad ;

    « Al-Malakayni Bibābila Hārūta Wa Mārūta , traduit mot à mot donne « ces deux anges avec/au moyen de Babyl haruta et maruta », je comprend « ces deux faux-anges de babylone haruta et maruta ».

    Dans tout le Saint Coran le mot Malakayni n’est employé que deux fois, dans le verset 20 de la sourate 7, Al-Araf , et Al Malakayni pour Harut et Marut dans la seconde :dans tout le Saint Coran le mot Malakayni n’est employé que deux fois, dans le verset 20 de la sourate 7, Al-Araf , et Al Malakayni pour Harut et Marut dans la seconde :

    Malakayni a bien un rapport avec le mensonge et la tromperie : V21 : Et il leur jura: « Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller. », tout comme Harut et Marut, Almalakayni Bibabil , Ces deux faux-anges de Babylone, leur ruse était si intelligente que lorsqu’ils remarquaient ce que les gens pensaient de leur « piété », ils disaient à tous ceux qui voulaient apprendre :

    « Nous ne sommes sûrement qu’une épreuve, ne soyez donc pas mécréants. » Malakayni a bien un rapport avec le mensonge et la tromperie : V21 : Et il leur jura: « Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller. », tout comme Harut et Marut, Almalakayni Bibabil , Ces deux faux-anges de Babylone, leur ruse était si intelligente que lorsqu’ils remarquaient ce que les gens pensaient de leur « piété », ils disaient à tous ceux qui voulaient apprendre :

    « Nous ne sommes sûrement qu’une épreuve, ne soyez donc pas mécréants. »

    Ces 2 démons étaient par conséquent de grands hypocrites.

    C’est tout simplement le meilleur Tafsir que j’ai lu jusqu’à présent, Que la Paix et les Bénédictions de Dieu soient sur toi Sherazad.

    J'aime

    1. BarakAllah o fik !

      Oui j’ai mal lu je n’ai pas vu le Al.

      Excellent, j’ai essayer dans parler à tout le monde mdr même mes amis non croyants.
      Dommage que les gens même proche on la flemme de réfléchir, c’est surement mieux d’avaler toutes les pillules qu’on donne… qu’Allah nous guide sur la voie de ceux qu’il a comblé de ses bienfaits.

      J'aime

  4. Des informations supplémentaire tirées des chroniques de Tabari et aussi dans l’ouvrage Bidaya wa nihaya ( le commencement et la fin) d’Ibn Kathir qui nous donnent des précisions sur le sujet.

    « Les jinns vivaient sur terre 2000 ans avant Adam. Ils avaient pour rôle d’adorer Allah et de peupler la terre tout comme l’homme par la suite. Or ces derniers ont semé le désordre et ont répandu le sang durant 2 millénaires. La corruption sur terre avait atteint une telle ampleur qu’ils attirèrent sur eux la colère d’Allah.

    Dieu ordonna qu’une armée d’anges descende sur terre pour combattre les jinns. Cette armée avait décimé la race des jinns, certains ont pu s’enfuir et trouvèrent refuge sur les îles des océans. D’ailleurs il est rapporté que les plus grandes populations de djinns jusqu’à nos jours se trouvent sur les îles, ainsi que le royaume d’Iblis et de ses sujets parmi les diables et les démons. Iblis qui fut le seul adorateur et soumis à Dieu avait été épargné.

    D’ailleurs, il joindra les rangs de l’armée des anges pour combattre ses propres frères jinns criminels et corrompus. Pour sa piété et sa soumission à Dieu, Allah gratifia Iblis en lui donnant la terre et les cieux comme royaume. Ainsi Iblis comme un bon serviteur d’Allah pouvait se pavaner sur terre et au paradis et côtoyer les anges qui devinrent ses compagnons. »

    La suite de l’histoire vous la connaissez du statut VIP il est passé à celui de damné pour l’éternité…

    J'aime

  5. « Les alchimistes tout comme Iblis ont ce point commun qu’ils ont lamentablement échoué, pour les premiers à transformer le Plomb en Or ou pour Satan, dans une moindre mesure, à transformer un djinn en ange.’
    Le Bouc Émissaire

    J'aime

Lire la charte avant de saisir votre commentaire, veuillez respecter le sujet de l'article, aucun HS ne sera toléré, les commentaires hors sujet seront systématiquement effacés.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s