La bande à Trump : ExxonMobil, Goldman Sachs et compagnie

Trump constitue une équipe à son image : climato-sceptique, anti Obamacare, détractrice de l’enseignement public, ennemie déclarée des musulmans, poutinophile et iranophobe… Avec quelques milliardaires bien sûr !

Quand on possède une Trump Tower et qu’on est assis officiellement sur 4 milliards de dollars — officiellement, c’est-à-dire sans compter ce qui est bien sûr planqué dans les « paradis fiscaux » — ; alors, non seulement on fait partie du système, mais on en est un des pires privilégiés ! 

Rien d’essentiel ne changera avec Trump. Seule l’illusion a changé ! Avec le noir Obama, on a voulu nous faire aimer l’Amérique, avec le WASP Trump, on veut nous la rendre populaire. Le capitalisme va perdurer, et avec lui l’exploitation de l’homme par l’homme ; et l’impérialisme américain va continuer, et avec lui l’exploitation des pays étrangers aux USA par la classe dominante américaine.

Et que ceux qui veulent croire que Trump sera anti-sioniste ne se fassent aucune illusion, il y a en Amérique des dizaines de millions de chrétiens-sionistes, entre 40 millions et 80 millions selon les sources, qui ont tous voté Trump ! En effet, le sionisme et le protestantisme sont alliés depuis longtemps.

Quant aux Russes, qu’ils se souviennent bien d’une chose, la dernière fois qu’ils ont pactisé avec la grrrrande Amérique, c’était sous Gorbatchev. Et l’URSS a disparu aussitôt. Si Poutine ou son successeur commettait la même erreur, ce serait la Russie elle-même qui disparaîtrait ! Rappel : WASP = White Anglo-Saxon Protestant = Blanc Anglo-Saxon protestant. Source 


Donald Trump appoints Gary Cohn, another Goldman Sachs alum, to his administration

ExxonMobil, Goldman Sachs et compagnie : les intérêts privés investissent l’administration américaine

Donald Trump vient de choisir son secrétaire d’État, l’équivalent du ministre des Affaires étrangères : ce sera Rex Tillerson, patron de la firme pétrolière ExxonMobil. Sa nomination intervient après celle du numéro deux de la banque Goldman Sachs, Gary Cohn, au poste de conseiller économique de la Maison blanche. Rex Tillerson est le troisième ancien cadre de la banque à rejoindre l’administration Trump, après Steven Mnuchin, directeur de fonds spéculatifs, nommé au Trésor, et Steve Bannon, animateur du site d’extrême-droite Breitbart, lui aussi passé par Goldman Sachs.

Parmi les ministres que s’est choisi le nouveau président américain, aux côtés de plusieurs militaires et politiques, les personnalités issues du secteur privé dominent. Presque toutes sont des milliardaires ou des multi-millionaires.

Les institutions entre les mains de ceux qui les combattent

Pire, les institutions publiques sont confiées à ceux-là même qui ont consacré leur carrière à combattre leur rôle de régulation. Les anciens de Goldman Sachs auront la main sur la régulation financière de Wall Street. Des ex dirigeants pétroliers contrôleront celle du secteur de l’énergie et la politique climatique. Cela ne s’arrête pas là. Le nouveau directeur de l’Agence de protection de l’environnement, Scott Pruitt, avait engagé des dizaines de procédures judiciaires contre cette même agence, en tant que procureur de l’Oklahoma, pour défendre les intérêts de l’industrie pétrolière.

Le nouveau secrétaire au Travail, Andrew Puzder, dirige une chaîne de fast-foods qui a pris publiquement position contre les régulations fédérales du travail et la réforme du système de santé du président Barack Obama. C’est aussi un opposant déterminé de la hausse du salaire minimal. Aux États-Unis, cette revendication est portée par une campagne de plus en plus vigoureuse. La secrétaire à l’Éducation, Betsy DeVos, est une adversaire acharnée des syndicats d’enseignants et de l’école publique. Elle a proposé de remplacer celle-ci par un système de coupons distribués aux familles pour payer leur éducation dans des écoles privées. Le secrétaire à la Santé, Tom Price, est un opposant de longue date du droit à l’avortement et de la contraception.

Des conflits d’intérêts à tous les échelons

Dans l’administration Trump, le conflit d’intérêt pourrait devenir la règle. Rex Tillerson est déjà épinglé pour ses liens étroits avec la Russie : ExxonMobil souhaite la levée des sanctions contre la Russie pour relancer ses projets de forage dans l’Arctique. Cette question pourrait donner lieu à de vigoureuses batailles au Sénat. Celui-ci doit valider les nominations de Trump. Les Démocrates y gardent une minorité de blocage et pourraient être rejoints par certains Républicains. Le phénomène s’étend jusqu’aux échelons inférieurs des administrations fédérales : la révélation d’un questionnaire interrogeant les employés du Département de l’énergie sur leur implication dans les questions de changement climatique est perçue comme le signe avant-coureur d’une future chasse aux sorcières.

Le rôle de l’équipe de transition choisie par Trump est d’identifier les dizaines de cadres dirigeants qui prendront les rênes des agences fédérales sur le plan opérationnel. Or, cette équipe compte 70% de lobbyistes souvent chargés de défendre des intérêts privés contre ces mêmes agences, révèle l’organisation indépendante Public Citizen, reprise par The Nation. On y retrouve ainsi un ancien lobbyiste de PepsiCo et du géant de l’agrochimie DuPont : il sera chargé de sélectionner les futurs cadres du département de l’Agriculture.

Et qui choisira les responsables du ministère de la Justice ? Majoritairement des avocats chargés de défendre leurs clients contre les procédures initiées par… le département de la Justice. Enfin, Myron Ebell, lobbyiste acharné du climato-scepticisme, est chargé de la transition au sein de l’Agence de protection de l’environnement. Si Donald Trump a remporté les élections en faisant campagne sur la haine de l’establishment et des élites de Washington, il risque surtout de présider à une prise de pouvoir sans précédent des intérêts privés sur l’appareil d’État. Par Olivier Petitjean


La bande à Trump

Trump constitue une équipe à son image : climato-sceptique, anti Obamacare, détractrice de l’enseignement public, ennemie déclarée des musulmans, poutinophile et iranophobe… Avec quelques milliardaires bien sûr !

Entre un ex-général surnommé le chien enragé et une organisatrice de championnat de catch, entre un médecin anti-IVG et un ancien de Goldman Sachs, entre un négationniste du changement climatique et une milliardaire qui pourfend l’enseignement public, la future équipe – pour peu que chacun-e passe l’obstacle du congrès – de Donald Trump a tout pour combler d’aise le « populiste » Ruffin qui, depuis qu’il a été intronisé meilleur adversaire de la Le Pen, par Todd, ne se sent plus mictionner.

Rex Tillerson et Vladimir Poutine

Rex Tillerson, patron d’Exxon Mobil, un géant du pétrole, proche de Poutine, a été officiellement désigné, ce mardi 13/12/16, par Trump comme futur Secrétaire d’état. Il supplante donc des candidats plus classiques, comme Mit Romney, dans la lourde charge de représenter la nouvelle administration dans un Monde très inquiet de l’arrivée de Trump à la Maison Blanche.

Tillerson a fait toute sa carrière à ExxonMobil, une entreprise qui fonctionne comme un état dans l’état et qui est alliée avec Rosneft, compagnie pétrolière d’état russe. Il a été décoré, en 2013, de l’Ordre de l’Amitié, des mains de Poutine. «Il est l’Américain qui a eu le plus d’interactions avec Vladimir Poutine à l’exception d’Henry Kissinger», dit de lui John Hamre, de l’institut d’études Center for Strategic and International Studies (CSIS) dont M. Tillerson est membre. Il avait manifesté son opposition aux sanctions, quand la Russie avait annexé la Crimée.

Tillerson dispose d’un impressionnant réseau de contacts. Dans certains pays, les dirigeants d’ExxonMobil, sont plus puissants que le Secrétaire d’état. Cette entreprise, héritière de la Standard Oil de Rockfeller, agit comme un état avec sa propre politique économique étrangère et même sa propre conception des droits de l’Homme ! (S. Coll, Private Empire).

Pendant longtemps, ExxonMobil a financé les groupes qui contestaient le rôle des activités humaines dans le réchauffement climatique. Cependant, Tillerson, contrairement à Trump, a fini par admettre la réalité du changement climatique. Reconnaissance formelle, puisqu’il a refusé de réduire les investissements dans l’exploration de nouveaux puits pétroliers pour lutter contre le réchauffement climatique. (El País )

La bande à Trump

James Mattis est prévu au Pentagone. Une sorte de Janus : chien enragé sur le champ de bataille, mais moine soldat pour sa vie solitaire hors combat. 66 ans, dont 41 dans les marines. Afghanistan, Irak. Son obsession anti-Iran aurait amené Obama à lui demander de prendre sa retraite, l’Iran dont il estime qu’il est la menace principale à l’établissement de la paix au moyen-orient.

Sans aucune expérience politique, ce défenseur de la torture qui s’interroge sur l’OTAN, partage l’attirance de Trump pour Poutine, son appui à la politique de Netanyahu en Israël, et rejette bien sûr l’accord nucléaire avec l’Iran.

La bande à Trump

Mike Pompeo, choisi par Trump pour diriger la CIA, fut un ennemi acharné d’Hillary Clinton, quand elle était secrétaire d’état. Ce charmant personnage, 52 ans, représentant du Kansas est un ultraconservateur du Tea Party. Ses discours incendiaires en ont fait une figure influente de la Chambre des représentants.

En tant que membre de la commission de cette chambre qui a enquêté sur l’attaque du consulat de Benghazi qui a coûté la vie à l’ambassadeur US, Chris Stevens, il s’est acharné sur H. Clinton à qui il faisait porter la responsabilité du drame. Il considère aussi que le lanceur d’alerte Edward Snowden est un traître à exécuter. Il accuse les leaders de la communauté musulmane US d’être complices, par leur silence, de l’attentat de Boston. Et comme Trump il prône la torture (noyade simulée). Il fut un farouche opposant de l’accord nucléaire avec l’Iran !

La bande à Trump

Pour compléter Mike Flynn, un islamophobe convaincu, est prévu comme conseiller à la sécurité nationale. Un des seuls qui peut apporter un minimum d’expérience à l’équipe Trump, puisque cet ex-général a été, sous Obama, chef du service de renseignement du Pentagone, pendant deux ans. Il a donc quelques lueurs sur la lutte contre DAECH et les visées expansionnistes de la Russie ou de la Chine. Mais il partage avec Trump son islamophobie, son attirance pour Poutine et sa haine viscérale d’Hillary Clinton.

Il a été jusqu’à prôner l’extradition de Fetulá Gülen pour complaire à Erdogan.

Et ses détracteurs disent que son bref passage à la tête du service de renseignement du Pentagone est dû à son incompétence.

La bande à Trump

Un raciste comme procureur général (en gros le ministre de la Justice), Jeff Sessions. Ce sénateur de l’Alabama a été récusé, en 1986, comme juge fédéral pour ses propos racistes : c’était la première fois, en 50 ans, qu’un président, en l’occurrence, Ronald Reagan, ne validait pas la nomination d’un juge fédéral.

30 ans après, triste revanche, il risque de se trouver à la tête du département de la justice. Département qui supervise le FBI, pilote le système des droits civiques du pays et met en branle des actions judiciaires qui vont de l’immigration à la lutte contre le terrorisme. En tant que sénateur, il a bloqué toute loi sur l’immigration et les sans papiers, ainsi que celles contre la torture.

La bande à Trump

Rien de mieux qu’un climato-sceptique à l’environnement ! Scott Pruitt est vraiment the right man at the right place. Comme Trump, ce procureur retraité de l’Oklahoma ne croit pas au rôle de l’homme dans les changements climatiques. Il a d’ailleurs, dans sa vie active, déployé tout son talent de juriste à tenter de bloquer les mesures de régulations d’Obama. Autant dire qu’avec un pareil responsable, les industriels du charbon, du gaz et du pétrole se frottent les mains. A la poubelle les mesures qui visent à limiter l’utilisation des énergies fossiles.

Les défenseurs de l’environnement clament qu’on veut mettre un pyromane à la tête de ceux chargés de lutter contre l’incendie.

La bande à Trump

Et quoi de mieux aussi, pour le pourfendeur du système, que de nommer un poids lourd de Wall Street, ex banquier de Goldman Sachs, Steven Mnuchin, à la tête du Trésor. Il est vrai qu’il ne sera que le quatrième « goldmaniste » à occuper le poste, après Timothy Geithner, Hank Paulson y Robert Rubin, nommés respectivement par Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton.

Il promet qu’il n’y aura pas de baisse d’impôt pour les plus riches, sauf qu’il veut mettre en œuvre la réforme annoncée par Trump : 3 tranches d’impôt direct (12, 25 et 33%) au lieu des 5 sous Obama, la plus élevée atteignant 39,6%, donc pour la tranche la plus élevée, un cadeau de 6,6% ! Il est vrai que la majorité des électeurs dont les revenus dépassent 50 000 $ annuels ont voté Trump (le peuple disent-ils, à Marianne). Quant aux impôts des sociétés ils passeront de 35 à 15% et même à 10% pour un an pour les entreprises qui rapatrieraient des bénéfices déclarés à l’étranger !

Faut-il dire que ce Mnuchin, établi à son compte dans de fructueuses opérations spéculatives, après son passage à Godman Sachs, est à la tête d’une énorme fortune ?

La bande à Trump

Il travaillera avec Wilbur Ross, 78 ans, un autre spéculateur, chargé lui du commerce. Une sorte de Tapie, spécialiste de la reprise des entreprises en difficultés. C’est aussi un multimillionnaire (fortune estimée à 2 900 millions de dollars).

La bande à Trump

Andrew Puzder, patron d’une chaîne de fast food (3300 restos dans 28 pays), est chargé de l’emploi. Il est totalement opposé à la hausse du salaire minimum entrepris par Obama visant à passer de 7,25 $ à 10,10 $ avec objectif de 12 $ en …2020 ! Puzder estime que cette mesure entrave la croissance et l’emploi. Inutile de dire qu’il est farouchement opposé à l’Obamacare !

La bande à Trump

Puzder peut compter sur Tom Price, choisi par Trump comme Secrétaire à la Santé, pour liquider l’Obamacare. Médecin à la retraite, anti IVG, très lié à des associations médicales qui considèrent toute mesure fédérale comme oppressive, ce représentant de la Géorgie depuis 6 législatures, face à l’Obamacare, prônait des aides fiscales à la souscription d’assurance maladie privée.

La bande à Trump

Betsy DeVos, défenseure de l’école privée, choisie comme Secrétaire à l’éducation, appartient à une des plus grandes fortunes familiale des Etats-Unis. Pratiquement inconnue hors du Michigan, elle préconise la mise en œuvre d’un système qui donne toute liberté aux parents de choisir l’école de leurs enfants.

La fortune de la famille DeVos est estimée à 5 100 millions de dollars. Les DeVos apparaissent comme d’importants bienfaiteurs entraînés par Warren Buffet. Ils ont ainsi fait des dons à des oeuvres allant des hôpitaux à des organismes de promotion des arts. Mais cette générosité finance aussi des actions contre le mariage homosexuel : il y a de la Boutin chez cette Betsy.

Elle dirige le mouvement American Federation of Children qui vise à abolir toute carte scolaire et à promouvoir les écoles privées, les « écoles charters », sorte d’écoles sous contrat financées par des fonds publics. Trump est au diapason qui a soutenu Eva Moskowitz, fondatrice des écoles charters new-yorkaises, Success Academy.

La bande à Trump

Ben Carson est désigné pour s’occuper du logement et du développement urbain. Ce concurrent de Trump lors des primaires républicaines est, pour le moment, le seul afroaméricain de la bande. Bien que Trump ait osé, pendant les primaires, l’accuser d’avoir un tempérament pathologique (!), le neuro-chirirgien a accepté une charge dans son administration.

Sur un ton de prédicateur, Carson s’est posé en champion du camp conservateur, récusant toutes aides aux minorités raciales et accusant Obama d’avoir fait perdre aux États-Unis   sa boussole morale, conduisant le pays vers la décadence le la Rome Antique ! Il avait également qualifié la réforme sanitaire d’Obama de la pire chose que l’on ait connue depuis l’esclavage !

A l’instar de Trump, il avait mené sa campagne des primaires contre l’establishement et le politiquement correct ; créationniste et homophobe, proche du Tea Party, il ne dépare pas dans la future bande à Trump. Le Parti démocrate s’interroge sur la capacité de ce médecin à la retraite à gérer une agence qui dispose d’un budget de 48 000 millions de dollars.

La bande à Trump

Du catch à l’administration des petites entreprises, on trouve la 2e femme, Linda McMahon. McMahon et son mari sont les fondateurs de la World Wrestling Entertainment (WWE), une entreprise axée sur l’organisation et la diffusion de l’échelle mondiale, de spectacles de combats de catch. Entreprise qui a fait des affaires et des spectacles avec Trump, dont un combat des multimillionnaires où le futur président battit au catch, le mari de McMahon ! Elle a tenté en vain de se faire élire au Sénat.

Après la nomination de Trump aux primaires elle a fait un don de 6 millions de dollars au parti républicain, avec une contribution directe à la campagne de 150 000 $.

Pour Trump, une femme qui a fait passer une entreprise modeste de 13 personnes en une organisation internationale de 800 salariés a évidemment toutes les qualités pour promouvoir les petites entreprises et développer l’esprit d’entreprise.

La bande à Trump

L’ex-Marine John Kelly a été choisi par Trump comme futur secrétaire à la sécurité intérieure. Il sera le 3e général de la future administration. Cet ex directeur de Guantamano qui affirmait sans rire qu’on y respectait les droits de l’homme, cet ex responsable du Commandement Sud de l’armée – c’est-à-dire d’une aire recouvrant Caraïbes et Amérique latine, est sur la même ligne que Trump. Il a déclaré dans un communiqué :

«Le peuple américain a voté lors de cette élection pour stopper le terrorisme, récupérer la souveraineté de nos frontières, et mettre fin à l’attitude politiquement correcte qui a trop longtemps régi notre approche de la sécurité nationale» .

C’est donc bien, comme le dit Trump, la personne adéquate pour diriger la mission urgente de freiner l’immigration clandestine, sécuriser les frontières et améliorer la coordination entre services de renseignements et forces de l’ordre. La construction d’un mur à la frontière du Mexique et la déportation massive des sans papiers – deux promesses de campagne de Trump – seront de sa responsabilité. (El País 12/12/16)

La bande à Trump

Quoi de plus normal que de choisir pour être à la tête du Secrétariat de l’énergie, un type qui prônait sa suppression ?  Donc Trump a choisi pour ce poste Rick Perry, ex-gouverneur du très pétrolier Texas, ex-candidat à la Présidence – et qui à l’époque disait pis que pendre de lui – qui promettait de le supprimer. Après Pruitt et Tillerson, le lobby pétrolier renforce son noyautage de la bande à Trump.

La bande à Trump

Voilà donc la bande de branquignols que Trump propose à la première puissance militaire et économique du monde, généraux, ploutocrates, politiciens de bas étages, partageant toutes ses haines, tous ses préjugés, toute son inexpérience ! Et alors qu’il a réuni sur son nom 2 millions de voix de moins que sa rivale, quelques idiots inutiles nous serinent qu’il est l’élu du peuple !

Source originale : Así es el Gobierno que prepara Donald Trump (El Pais)

Source article traduit 

Publicités

6 réflexions au sujet de “La bande à Trump : ExxonMobil, Goldman Sachs et compagnie”

  1. Faut pas s’inquieter pour les russes et les chinois….quand à nous musulmans,tant qu’on n’a pas regler définitivement le probleme des ‘Ibn Lihoud’…on n’est pas prés de quitter l’auberge rouge.
    le coeur du monde musulman…l’Arabie….est colonisé par les anglo-sionistes…sans coeur nous sommes comme des zombies…..

    J'aime

  2. Jha, salam aleyk,

    Le coeur du monde musulman ne sera libéré qu’à l’arrivé du Mahdi, tu connais les prophéties…et les zombies disparaitront en masse d’ici là et à Dieu ne plaise.

    ‘Abd-Allâh Ibn ‘Umar – que Dieu soit Satisfait de lui et de son père – a dit :

    « J’ai vu le Prophète (Dieu le couvre de Sa miséricorde et de Sa paix) tourner autour de la Ka‘ba en disant : « Combien es-tu pure et combien est pure ton odeur, et combien est grande ta sacralité ! Par Celui qui tient l’âme de Muhammad dans Sa Main, la sacralité du croyant est plus grande auprès de Dieu que toi : son bien (est sacré), son sang (est sacré), et (lui revient le droit sacré) que l’on ne pense de lui que du bien. » (Ibn Mâja)

    La vie du croyant yéménite, syrien ou encore Palestinien est encore plus sacrée que notre Sainte Ka’ba qui est aujourd’hui sous occupation sataniste.

    D’Abdullah ibn Khabab, de son père, j’ai entendu le messager d’Allah dire : une période de trouble viendra dans laquelle celui qui s’assoit est meilleur que celui qui est debout, et celui qui se trouve debout est meilleur que celui qui marche et celui qui marche est meilleur que celui qui court.

    « Sortira à la fin des temps de jeunes gens aux ambitions sottes, ils lisent le Coran mais il ne dépassera pas leur gosiers, ils prononcent les meilleurs paroles mais sortirons de la religion tel la flèche qui quitte son arc.
    N’est pas des nôtres celui qui combat sous la bannière de l’aveuglement, ou pour un parti, ou qui fait appel à son parti.
    Si j’avais à les rencontrer je les anéantirai tel le peuple de ‘Âd.
    Les meilleurs sont ceux qui les combattrons et leur dépouilles sont les pires qui ai été donné à la surface de la terre.  »

    Thirmidi 2188

    [ Signes de la Fin du Monde ] – Hadith des 5 calamités

    Ce hadith confirme celui de Ali (raa) concernant Daesh et toutes ces milices de satan.

    Al Boukhari rapporte que Houdhayfa ibn al yaman (ra) a dit : « Les gens questionnaient le prophète au sujet du bien, et moi je le questionnais concernant le mal ,de peur que celui-ci ne m’atteigne. Je disais:

    -Ô Messager d’Allah, nous vivions dans le tourment et l’obscurantisme, puis Allah nous est venu avec ce bien, mais y aura-t-il après cela un mal ?

    ll répondit : Oui.

    -Mais y aura-t-il après ce mal un bien ? Répliquai-je. Il dit :

    -oui, mais il sera maculé. Je demandai :

    – et à quoi sera due cette souillure ?

    -À des gens qui suivent des coutumes (sunna) différentes de la mienne, et appellent à une voie que je n’ai pas enseignée. Tu approuveras certaines choses, et tu en rejetteras d’autres.

    – Y aura-t-il après ce bien un mal ?

    – Absolument, des prédicateurs aux portes de l’enfer ; celui qui leur obéit y sera précipité.

    – Ô Messager d’Allah, décris-les-nous.

    – Bien ; ce sont des hommes de notre ethnie, s’exprimant dans notre langue.

    – Ô Prophète d’Allah, que me conseilles-tu de faire si je venais à vivre cette époque ?

    – Reste attaché à la communauté des musulmans et à leur chef.

    – Et s’il n’existe aucun groupe ni aucun dirigeant ?

    – Isole-toi et sépare-toi de toutes ces factions ; même si tu n’as que la racine d’un arbre à mâcher, reste ainsi, jusqu’à ce que la mort t’emporte. »

    Voilà ce que j’ai compris de mon époque…

    J'aime

    1. Tony, la vidéo de l’assassinat de l’ambassadeur russe, quelques jours après qu’Obama ait menacé les russes de « sanctions » après l’affaire des mails piratés , chelou le timing !

      J'aime

  3. On en sait un peu plus sur Wilbur Ross, 78 ans, quand je pense à tout ceux qui ont encensé Donald Trump , le définissant comme un sauveur, anti-système anti Nouvel Ordre Mondial , le F**k aux Illuminatis, lol et re- lol !!!

    Après un Goldman Sachs, Trump nomme un ex de Rothschild à la tête du commerce !

    « Nommer un vieillard de 79 ans secrétaire d’état au commerce est en soi un choix étrange et une décision curieuse, comme si aux USA, il n’y avait personne d’autre qui ait moins de 50 ans, doté de la compétence requise pour occuper ce poste ! On sait également que ce monsieur est passé, à l’instar de son collègue Mnuchin du Trésor, par Yale et Harvard ! Autant dire que c’est un criminel comme les autres qui va s’employer à détruire et l’économie mondiale et celle de son propre pays.

    Il n’y a aucune trace de son appartenance aux Skull & Bones mais il appartient certainement à la fraternité secrète de Wall Street, Kappa Beta Phi, une fraternité crypto-maçonnique très puissante ayant produit de grands patrons banksters comme le démontre la liste ci-dessous (source Wikipédia). Les médias essaient de nous la faire passer pour une fraternité de joyeux alcooliques dont le seul but est de s’amuser et s’éclater en organisant un spectacle humoristique annuel…

    Bref, c’est encore une fois la preuve que Trump est un escroc, un milliardaire qui a trompé son peuple comme il a arnaqué ses salariés pendant 3 décennies. Croire l’inverse serait d’un ridicule que seules l’inconsistance intellectuelle et l’immaturité politique caractérisant la majorité de nos contemporains, pourraient expliquer.

    In fine, nous avons un Goldman Sachs comme secrétaire au Trésor et un Rothschild, secrétaire au Commerce, rien de mieux pour faire la révolution, n’est-ce pas MM. Dépêchez-vous et Grosal… »

    Michael Bloomberg – former New York City mayor
    James Cayne – former CEO of Bear Stearns
    Jon Corzine – New Jersey Governor
    Laurence D. Fink – CEO of BlackRock
    Richard Grasso – former head of the New York Stock Exchange
    David Komansky – former CEO of Merrill Lynch
    Sallie Krawcheck – former head of Citigroup’s wealth management division
    Kenneth Langone – former chair of the New York Stock Exchange compensation committee
    Marc Lasry – CEO of Avenue Capital Group
    Martin Lipton – founding partner of Wachtell, Lipton, Rosen & Katz
    Alan Schwartz – former President of Bear Stearns
    Robert Rubin – former U.S. Treasury Secretary, former co-chair of Goldman Sachs
    Mary Shapiro – Chairperson of the Securities and Exchange Commission
    Diana Taylor – former New York State Superintendent of Banks
    Warren Stephens – CEO of Stephens Inc.
    Sanford Weill – former CEO of Citigroup
    John C. Whitehead – former chair of Goldman Sachs & Co.

    __________________________________________
    suite sur LLP

    http://www.lelibrepenseur.org/apres-un-goldman-sachs-trump-nomme-un-ex-de-rothschild-a-la-tete-du-commerce/

    J'aime

Lire la charte avant de saisir votre commentaire, veuillez respecter le sujet de l'article, aucun HS ne sera toléré, les commentaires hors sujet seront systématiquement effacés.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s